REFLEXION

Bachar reste en Syrie, les autres partent!!!

« N’ouvre la bouche que si tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence » proverbe.
La guerre en Syrie, déjà trois longues années de calvaire, d’enfer et de supplice à tous les niveaux, une seule et unique surprise à laquelle personne ne s’attendait ; c’est bien la présence durable de Bachar AL Assad. Un jeune homme que le monde entier et surtout les gros qui ont payé rubis sur ongle de gros sous pour ternir, et faire descendre par tous les moyens ce méchant « bonhomme ».



Depuis le début de leur printemps arabe  c'est-à-dire depuis mars 2011, Bachar n’a jamais apposé  un simple petit geste d’adynamie encore moins de mollesse  bien que quotidiennement les médias ont affiché sans cesse  à la une un « WANTED » à la « yankee » « harnaché» à la robe des émirs du golfe. Depuis mars 2011 on ne cessait pas de répéter, de dire et prédire , d’aboyer que son départ est  imminent que se soit dans les milieux occidentaux,  Anglos- saxo , américains ou encore arabes soumis  et turcs.
Des dollars en quantité incommensurable on été déversés pour la chute de Bachar sinon son élimination ou autres scénarios cruels. Assad est  présenté  médiatiquement comme impopulaire, dictateur criminel et tyrannique à la fois et  de tout les mauvais  et cruels qualificatifs  pour que les peuples de la planète le maudissent  encore plus ( machine médiatique sioniste).La calomnie est bien l’arme des impuissants, Bachar a fait le feu, jailli les flammes ,sorti la fumée et rendu ses adversaires en cendres.

 QUI VEUT TOUT COMPRENDRE FINI PAR MOURIR DE COLERE
Plusieurs Scénarios ont été envisagés par les américains, les sionistes et les acolytes arabes et turcs
-1* débusquer Al Assad de Damas,  et se refugier dans la région alaouite, ou bien  vivre en paix en Russie : la réponse de Bachar était sèche, et sans ambigüité, il disait: «  il ne fait point partie de ces capitaines qui sautent du navire qui coule ».
2- sa mise à prix a été envisagée et de plus belle probablement des actions ont été menées mais en vain car le flot des dollars pouvait influencer tous ceux qui sont en contact avec ceux qui ont des relations d’entretien ou autres choses avec le palais présidentiel
La fin de 2012 a clôturé avec  la fin des  éventuels scénarios pour laisser place au  doute, que son départ n’est pas pour demain .Les américains disaient récemment « qu’ils ne savent pas  comment Assad va partir, il se peut qu’il ne parte jamais, il ne veut pas partir ».
L’insurrection syrienne  n’a pas eu lieu, le chantage n’a pas eu  et n’a pas donné l’effet escompté, l’ambassadeur de syrie à l’ONU Mr Djaffari Bachar et bien d’autres politiciens de renommés n’ ont avancé que des sommes impensables de dollars qui  leurs ont été octroyés pour  faire  défection mais en vain, il est de même pour les officiers  de l’armée .Le renversement de Bachar  n’est pas aussi facile , tout les centres d’études qui travaillent pour les armées et politiques américains et israéliens  n’ont pu détecter la moindre option de faiblesse pour un changement
La conclusion de toutes ces études était que, la situation stratégique de la Syrie, l’unité des rangs de l’armée et sa popularité sont mises en avant comme facteurs solides. Les médias israéliens avançaient que : « Le président Bachar el Assad a contredit tous les pronostics, il a tenu bon et n’a pas fui. Il a vraiment les gênes de son père ».

ON APPREND PEU PAR LA VICTOIRE ,MAIS BEAUCOUP PAR LA DEFAITE.
Par ailleurs  avec le temps va tout s’en va, les milieux médiatiques  ont découvert par la suite  que la popularité de Bachar  a progressé  et leur a faussé tous les pronostics.  Le peuple syrien soutient son président, autrement son maintien ne pourrait avoir lieu, l’armée syrienne est une armée issue de son peuple et non de mercenaires ou d’extra- terrestres. Par ailleurs il faut y ajouter  le soutien infaillible du BRICS  qui a lutté sans cesse et sans répit pour faire échouer  toutes les pressions. En politique l’argent est aussi maitre des situations ; intérêt oblige les pays du golfe  premiers pervertisseurs de la terre, se sont vus  Qatar et Arabo sionistes  proposer aux russes monts et merveilles pour lâcher la Syrie de Bachar.

IL FAUT PRENDRE LE TEMPS COMME IL VIENT, LES GENS POUR CE QU’ILS SONT ET L’ARGENT POUR CE QU IL VAUT
 Tout récemment c’est  un Bandar Ben Sultane qui  s’en mêle  proposant aux russes  de juteux contrats militaires et d’investissements, ainsi que la promotion du rôle russe dans la région,  et des garanties sécuritaires pour les jeux olympiques de Sotchi.  Bien Souvent, des rumeurs de plus belles  se répandaient  médiatiquement pour dire que les Russes ont plié, et Kerry en personne,  pour la persuader de ne pas faire participer Assad à la période de transition et  lui conseiller de partir. Les américains perdent la tête ,et  se sont mis à prôner un double langage : un jour, ils appellent au dialogue entre toutes les factions syriennes ; le lendemain, ils disent qu’Assad n’a pas sa place dans la transition.
 Toutes Ces tergiversations ne semblaient et ne faisaient  pas du tout inquiéter Bachar Al Assad. Il était  confiant de ses atouts de force (rapports de force sur le terrain en sa faveur), sur le plan interne la fidélité du corps diplomatique syrien, de l’armée, le peuple ainsi que les institutions et le déroulement normal des activités de l’état.
Certes l’Iran lui a porté un soutien politique  économique sans faille devant l’effet dévastateur de la guerre et des sanctions économiques en plus de la solidarité en cas d’attaque américaine. Sur fond d’accusation d’utilisation par Damas d’armes chimiques dans la « Ghouta orientale », l’intervention des Russes aura été également décisive pour parvenir à l’accord sur l’arsenal chimique syrien et qui a écartée définitivement le spectre d’une attaque américaine.
Dans la bataille de Qousseir ,le Hizb Allah  a donné un important coup de main à l’armée syrienne,  cette armée syrienne était débordée par l’avènement de milliers de jihadistes, qui venaient de la frontière libanaise.
En août 2013, Bachar  s’est rendu en personne dans la banlieue de Damas Darayya, qui venait d’être sécurisée, pour y saluer les soldats. Il n’a pas non plus changé son habitude de participer à la prière des fêtes religieuses islamiques (Fitr et Adha). Dans la dernière, les rebelles ont propagé la rumeur de son assassinat !
la solution prônée jusqu’à aujourd’hui par  Bachar Al Assad, passe par l’éradication totale du terrorisme, l’entrée en force des milices d’Al-Qaïda, qui ont délogé celles de l’ASL( l’armée libre de Syrie), il peut surtout se vanter d’avoir été le premier à l’avoir prévue, alors que l’ASL  s’employait pour présenter la présence des « jihadistes » comme étant un coup de main provisoire. Il ne cessait pas de dire que le dialogue est possible avec l’opposition interne et externe Bachar a depuis le début des événements en Syrie  présenté sa vision de l’insurrection en Syrie comme une non  « révolution,..., mais une guerre entre la patrie et ses ennemis( seul pays à n’avoir pas fait la paix avec Israël),  une guerre avec des étrangers, mais avec des mains syriennes, une crise plus dictée par des velléités régionales et internationales, que par des revendications de réformes internes, et qui renferme l’intention de détruire la Syrie .  Assad est déterminé à se présenter  candidat aux élections présidentielles prévues en 2014 et n est plus que jamais confiant de triompher. Il a vu et  a  avance sinon prédit que  sa bête noire qatari :le prince Hamad remplacé, son détracteur turc Erdogan sur le point de l’être qui est  au dessus d’un cratère d’un   volcan en éruption , l’attaque américaine  contre son pays écarté  à jamais, l’ASL s’effondre. Ses prévisions sur l’extrémisme qui prend en otage la Syrie se confirment. Bachar a été droit au but, stigmatisant le wahhabisme saoudien dans ses deux dimensions politique et religieuse, et appelant à lutter contre lui. Personne n'a osé avant lui.

Benallal mohamed
Lundi 6 Janvier 2014 - 18:03
Lu 205 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+