REFLEXION

BON DE TRANSACTION COMMERCIALE :Le ministère du Commerce veut convaincre les agriculteurs

Le ministère du Commerce vient de lancer une opération de sensibilisation au profit notamment des agriculteurs et des éleveurs en vue de les convaincre de l'utilisation des bons de transactions commerciales, dont l'entrée en vigueur a été reportée pour la fin de l'année en cours.



Constatant une grande réticence de la part de ces opérateurs vis-à-vis de l'utilisation de ces bons, prévue initialement pour le 22 mai dernier, le ministère a tenu à les rassurer en affirmant qu'il ne s'agit en aucun cas d'un "moyen de vérification fiscale", selon les précisions du sous-directeur de la promotion du droit de la concurrence au ministère Serdoun Mohamed. "Nous avons rencontré des difficultés dans la mise en vigueur de cette disposition. Beaucoup d'opérateurs pensent qu'il s'agit d'un document de déclaration fiscale", a regretté le responsable. Or, selon lui, "Ce n'est pas le cas. L'utilisation du bon de transaction commerciale n'a aucun lien avec les impôts". "Les dispositions du décret sont claires. Nous voulons organiser ce circuit et introduire plus de transparence dans ces transactions", a-t-il insisté. Pour M. Serdoun cette disposition permettra d'éliminer les intermédiaires illégaux, qui sont responsables en grande partie de la spéculation et des flambées des prix des fruits et légumes notamment. "A travers ces bons nous maîtriserons le marché : la source du produit, les volumes disponibles, les prix pratiqués (...). Le spéculateur n'aura plus de place dans cette chaîne", a-t-il estimé. Dans cette démarche, le ministère du Commerce a opté pour la sensibilisation et la vulgarisation auprès des opérateurs concernés par cette disposition. Plusieurs activités, comme des journées d'étude et d'information, des séminaires, des conférences ainsi que des rencontres directes avec les opérateurs, sont organisées par les services extérieurs du ministère à travers le territoire national, selon le même responsable. "L'objectif actuel est de transmettre le contenu du décret, prévoyant cette mesure, au plus grand nombre d'opérateurs notamment à ceux qui ont une influence importante dans l'approvisionnement et la stabilisation du marché", explique M. Serdoun. Selon le décret, le bon de transaction commerciale a pour but de "garantir fidèlement la transparence des transactions, de connaître les quantités vendues et des prix pratiqués et de maîtriser les circuits de commercialisation". Sont concernés par cette mesure les opérateurs intervenant dans les secteurs de l'agriculture, de la pêche et de l'aquaculture ainsi que celui de l'artisanat. Selon le texte définissant le modèle du document tenant lieu de facture, le bon de transaction commerciale est un document établi par l'agent économique lors de la vente faite au profit de l'acheteur, même si celui-ci n'est pas l'acheteur final et qu'il est chargé de la vente du produit pour le compte de l'agent économique.

Ismain
Samedi 3 Septembre 2016 - 18:32
Lu 136 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+