REFLEXION

BLIDA : Un chercheur de Mostaganem participe à la journée scientifique sur le Génie des procédés



Le département chimie industrielle de l’Université “ Saad Dahleb” de Blida a organisé Lundi la troisième journée scientifique sur le “Génie des Procédés” (G.P). Issu de la méthodologie et des concepts du génie chimique, le génie des procédés s’intéresse à tout ce qui concourt aux transformations de matières premières et ressources énergétiques en produits adaptés aux besoins de l’utilisateur. De l’avis du professeur Djamel Touil, président du comité d’organisation, Depuis une vingtaine d’années, avec l’apparition de nouvelles problématiques liées à la qualité, la sécurité, la protection de l’environnement et l’impact sur la santé, le GP se trouve au cœur de ce que l’on appelle le « développement durable » auquel il concourt notamment par les économies d’énergie, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la prévention des accidents industriels. « Le génie des procédés joue donc un rôle essentiel dans toutes les industries sensibles, à savoir la chimie, le pétrole, le gaz. Depuis peu, ses compétences s’étendent à de nouveaux domaines tels que la microélectronique et surtout le secteur médical où il ne fait aucun doute qu’elles vont continuer à se développer » estime le président du comité d’organisation. Invité à définir l’objectif de cette troisième journée scientifique, il précisera que c’est une occasion de rapprochement entre les différents chercheurs de la spécialité de diverses universités du pays et c’est également une occasion pour les jeunes chercheurs (doctorants et magisters) de présenter leurs travaux de thèse et de participer aux manifestations scientifiques. En effet, dans une aile de la bibliothèque de la faculté de Technologie, une exposition des travaux de recherche a suscité un intérêt non seulement des étudiants mais aussi de nombreux professeurs. Si,  les exposants tentaient d’expliquer l’aboutissement de leur travail de recherche, certains regrettaient  le manque de confiance de la part des industriels. A ce propos Esselimani Abdelhadi nous a expliqué son amertume.  Ce jeune chercheur qui poursuit  sa formation en magister à l’Université de Mostaganem a présenté un travail que L’entreprise Saidal pourrait l’utiliser pour ses besoins. Néanmoins, malgré les insistances du jeune chercheur l’entreprise nationale ne semble pas intéresser alors que dans la es années 80 ce procédé était utilisé par une firme italienne pour le compte de Saidal. Ce type de rencontre mérite d’être multiplier à travers d’autres universités afin que les jeunes chercheurs puissent être connu et pourquoi pas leur permettre d’approfondir leurs connaissances.                              
 

M.H.Hichem
Mercredi 21 Novembre 2012 - 00:00
Lu 511 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+