REFLEXION

BLANCHIMENT D’ARGENT : Des enquêtes lancées à l’encontre de ministres, d’ex-walis et de directeurs d’entreprises

Les enquêtes qui auraient été lancées par les services de sécurités compétents autour des fortunes colossales suspectes mal acquises par des personnalités influentes en Algérie, ont révélé un grand mouvement dans le transfert de fonds en devises vers les banques françaises, britanniques et américaines, où un ministre aurait procédé en une seule opération au transfert vers l’étranger de prés de 200 milliards de centimes en devises.



De sources bancaires parvenues aux enquêteurs selon des sources fiables rapportées par le journal « El Bilad », qui a fait allusion à un ministre, dont le nom n’a pas été  mentionné et qui  aurait transféré des fonds importants pour le compte de ses deux fils. Un autre ministre qui a assumé la responsabilité de deux portefeuilles ministériels, depuis 1999, aurait procédé au transfert en devises vers l’étranger de la moitié de la somme citée supra, comme en témoignent les relevés de comptes bancaires obtenus par les services compétents. Sachant que les enquêtes sont en cours pour déterminer la source de ces fonds, qui sont censés être le produit d'activités illégales comme des commissions, des pots de vin immérités, ou des fonds publics détournés par des moyens illégaux. Les enquêteurs ont conclu que certains cadres  auraient vendu des biens mobiliers en Algérie, dont la valeur réelle n’a pas été déclarée au cours de la notification des actes notariés dans le but d’échapper au paiement des impôts, pour ensuite transférer l’argent généré converti en devises vers l’étranger par la contrebande. Les enquêteurs se sont aperçus qu’une des personnes influentes avait vendu  trois villas (haut standing) bâties sur les hauteurs de la capitale à des prix astronomiques, mais il n'a déclaré qu’une seule villa à un prix dérisoire pour échapper au fisc. La même source a, révélé également l’implication d’un ex wali dans l’Est d’Algérie, qui aurait effectué des transferts en devises et des achats immobiliers en Espagne. Les enquêteurs auraient conclu que la plupart des richesses obtenues par cette frange dans la dernière décennie, résultent de la vente de biens immobiliers en devises, dont  le transfert des grosses sommes d'argent en Euro échangées contre des dinars , en particulier sur le marché parallèle, au profit des comptes de proches  parents à l'étranger. Selon la même source, les personnalités qui auraient été soumises aux différentes enquêtes, et investigations relatives à  leurs fortunes suspectes, auraient toujours exploité leur position politique, ou professionnelle pour se soustraire aux différentes opérations de contrôle au moment des transferts par contrebande au niveau des aéroports et centres de passage au niveau des frontières, d’où les renseignements sécuritaires auraient réussi durant ces trois dernières années à percer le mystère des fortunes  colossales amassées par des cadres supérieurs. Dans le cadre des accords internationaux pour la lutte contre le blanchiment d’argent,  qui a permis la possibilité d’obtenir  un certain nombre de relevés de comptes bancaires d’un certain nombre de cadres qui ont été mis sous microscope, l'enquête, a permis de dévoiler l'apparition des signes d’enrichissements illicites sur eux, malgré le fait que les enquêteurs auraient été confrontés à de nombreuses difficultés dans le début de l'enquête à l’encontre de 20 personnalités qui constituent un poids et un rang élevé dans la société, au motif que la liste comprenait les noms d’anciens et actuels  ministres et des cadres gestionnaires d'importantes entreprises publiques. Il est connu que les services de sécurité et judiciaires mènent depuis l'annonce de l’inculpation de  l'ancien ministre de l'énergie Chakib Khellil, une série d'enquêtes pour briser la corruption endémique dans plusieurs secteurs par des rapports de «Transparency International» précise la même source.

Touffik
Mardi 11 Février 2014 - 17:33
Lu 566 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+