REFLEXION

BIDONVILLE DE HAI ES SABBAH :Des protestations et des tentatives de suicide lors de l’opération de démolition

Ce qui a caractérisé, avant-hier matin, l’opération d’évacuation des habitations anarchiques érigées dans une plantation agricole au quartier Es-Sabbah, en face de l'hôpital du premier novembre, à l’USTO, c’est une résistance farouche menée par les résidents aux forces publiques.



Il  y avait même sur les lieux, des femmes qui avaient tenté de s’immoler pour exprimer leur refus absolu de la décision de démolition, qui a ciblé plus de 100 familles résidant depuis des années à la plantation agricole, où ils ont été accusés de provoquer le chaos et encourager la construction anarchique au détriment des terres agricoles, tandis que les résidents ont déclaré qu'ils ont des documents confirmant l'ancienneté de leur existence sur ces lieux, dans des conditions désastreuses. Cependant et malgré l'amertume qu’ils ont endurée depuis des années, ils ont été finalement expulsés au cours d’une journée pluvieuse, d’où le risque de maladie pour eux et leurs enfants. Le représentant des habitants avait également indiqué que lors de leurs négociations avec les représentants de la daïra de Bir El Djir, qui ont supervisé l’opération d'expulsion, ils ont déclaré que ce sont des décisions émises par le Premier ministre, qui a souligné la démolition de tous les bidonvilles et l'indemnisation de tous ceux qui ont le droit de bénéficier d’un logement social, mais ce qui leur est arrivé était contraire, du fait qu’ils ont été exclus du programme de déménagement malgré la démolition de leurs habitations qui les avaient protégés pendant des années, ce sont des données qui ont suscité l'indignation et la colère des résidents en détresse.

Touffik
Lundi 23 Novembre 2015 - 17:35
Lu 134 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+