REFLEXION

BETHIOUA :Le gaz de ville n’arrive toujours pas aux camps



Les habitants des camps 4,2,11,et 7 ne sont pas près d'oublier l'hiver de l’année dernière. En effet, ils ont beaucoup souffert des affres du froid, n’ayant, contrairement à d’autres régions, même pas été approvisionnés en gaz butane. Il faut savoir, que jusqu’à  d'aujourd'hui, aucun village ni même le chef-lieu ne sont alimentés en gaz naturel. Pourtant, depuis 2007, cette revendication ne cesse d’être portée par tous les résidents des camps cités  qui en sont arrivés à occuper la mairie et couper la RN25. On a parlé d'un programme de 45 kilomètres, puis de 65 kilomètres, d'études techniques, mais aucun chantier n'a démarré. « Notre région est la plus délaissée en matière de développement. Quant au gaz naturel, nous ne l’espérons plus. Je vous assure que je suis étonné d'entendre qu’en ce premier novembre, plus de cinq mille foyers vont bénéficier de cette commodité, alors que dans tous nos villages, nos femmes et nos filles continuent encore à transporter, sur leur dos, des fagots de bois. C'est une honte !», s'écrie un ancien moudjahid. Ainsi, les vingt-trois mille habitants de cette commune industrielle ne comptent que sur la force de leurs bras pour remplir leurs hangars de bois sec avant d’être surpris par un autre hiver des plus rudes.  "Nous commençons peut-être à comprendre le problème : il s'agit de gaz de ville du camp 4  qui  n'est pas encore une ville », ironise un habitant du chef-lieu. Et d'ajouter : « nous sommes à la veille des élections, et je suis sûr et certain que tous les partis en lice ne vont parler que de gaz naturel, mais ce ne seront que des promesses comme les précédentes. Nous n’avons plus confiance en personne ».                        

Medjadji H
Mardi 6 Novembre 2012 - 01:00
Lu 189 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+