REFLEXION

BEJAIA : Seize carrières d'agrégats en arrêt d'activité



Seize carrières d'agrégats sont inexploitées dans la wilaya de Béjaïa, en raison de l'opposition de leurs voisinages, qui mettent en cause leurs supposées nuisances, bien qu’elles jouissent de toutes les autorisations administratives et environnementales,  a indiqué le directeur local de l'énergie et des mines, M. Omar Sebaa. Cinq gisements, d'une capacité de 500 000 tonnes ont été fermés après avoir commencé leur activité alors que les autres, soit 11 unités, bien que titulaires de titres miniers, n'ont jamais pu exercer à cause des protestations  des riverains, a précisé M. Omar Sebaa, ajoutant que cette situation prive la wilaya d'un potentiel économique d'une utilité stratégique". Le même responsable relève qu'aucun nouveau site de production n'a pu être ouvert ces dernières années, ce qui porte un préjudice certain aux entreprises locales. Pour compenser le déficit local en la matière, les entreprises se retrouvent dans l'obligation d'acquérir leurs besoins en agrégats en dehors de la wilaya,  moyennant des surcouts et des retards dans leurs chantiers, a indiqué M. Sebaa.  
En 2012, pour une capacité globale de production, estimée à 3,5 millions de tonnes, il n'en a été produit qu'un million de tonnes, a-t-il souligné, ajoutant que seules huit carrières sont actuellement en activité.  Ces carrières à l'arrêt subissent aussi les contrecoups de l'échec de leur investissement en équipements et matériels, d'une valeur vénale moyenne de 200 millions de dinars et les candidats à leur reprise ne se manifestent plus.  "Ces oppositions des riverains ne trouvent aucune justification objective, et s'expriment même à l'occasion de façon anachronique", a déploré M. Sebaa, notant que tous les exploitants ont été soumis à des paramètres techniques et environnementaux stricts".  Pour corroborer cette légèreté à la contestation, M.Sebaa cite le cas des gisements soumis à exploitation pendant la durée consacrée à la réalisation du barrage de Tichy-haf à Bouhamaza (Seddouk), à 80 km au sud-ouest de Béjaïa et qui ont du subir la vindicte populaire dés la fin du projet.  Le phénomène de protestation n'est pas typique à la wilaya de Béjaïa, reconnaît le même responsable, mais il se singularise à Béjaïa par son ampleur et inquiète de façon lancinante à cause de ses répercussions supposées sur le développement local en général. Ces protestations récurrentes se répercutent négativement sur la conduite du plan de charges de la région, truffé de projets structurants, notamment une pénétrante autoroutière, un dédoublement de la voie ferrée sur 100 km, et un Centre hospitalier universitaire de 5000 lits, nécessitant chacun de grandes quantités d'agrégats, a-t-il souligné. 
 

A.Mokran
Mardi 8 Janvier 2013 - 00:00
Lu 177 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+