REFLEXION

BECHAR : « Yennayer » et ses diversités traditionnelles

Malgré la cherté et l'inflation des prix, à Bechar, les habitants de la vallée de la Saoura, célèbrent Yennayer ou bien Nayer avec des traditions analogues qui configurent les mêmes gastronomies durant les derniers jours de la première quinzaine du mois de janvier de chaque année.



Selon un octogénaire qui a parcouru tout le territoire national pendant sa jeunesse nous a raconté les définitions de Yennayer qui est la véritable fête du Fellah. Pourquoi ? Alors, le mois de janvier est un mois d'hiver d'où les pluies sont prospères jusqu'au printemps. Le fellah pour préconiser ses semences, des échantillons en stockage de toutes les graines des légumes secs ainsi que les graines des céréales qu'il a récoltées durant l'année dernière. Ces grains et graines de très petites quantités feront l'objet de sort (fèl) associés avec le Mardod (couscous de gros calibre) et une seule datte avec son noyau. Le Mardod est garni de morceaux de viande sèche de Aid El Adha, ou bien  fraîche viande du jour, surtout avec de très petits haricots appelés localement Tadelaghte. Ce petit haricot Tadelaghte fait grossir les maigres en cette saison hivernale. Ce composite naturel de nourriture très riche est purement agricole.  En effet, c'est le fameux plat du dîner qui se déguste autour d'une Gas'aa (grand récipient en bois) avec tous les membres de la  famille du grand jusqu'au petit. L'enchantement de cette réunion autour de la Gas'aa, en mangeant, celui  qui découvre le noyau de la datte dans sa cuillère  est le chanceux de toute la famille et il distribuera le dessert qui se compose des fruits de  toutes sortes même les fruits secs ainsi que les fruits exotiques chez certaines famille bourgeoises qui sont nombreux à désigner. Après cette cérémonie, chacun prend sa part et l'utilise comme il veut. Mais nos traditions resteront toujours nos traditions valeureuses pour cimenter notre tissu familial par des invitations et partager cette coutume joyeuse avec nos proches et amis de toutes les couches sociales ainsi qu'avec les voisins des quartiers, même cette fête est partagée avec des étrangers d'autres nationalités.    

Mohammed Smail
Lundi 14 Janvier 2013 - 10:16
Lu 207 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+