REFLEXION

BECHAR : Le commerce informel dérange



A Bechar, durant les derniers mois de l’année en cours les services municipaux et les autres partenaires ont travaillé pour mettre de l’ordre dans les marchés  et dans d’autres endroits publics. Des tables qui prennent naissance petit à petit aux portes des marchés de tous les quartiers de la ville. Les revendeurs de sachets et de sacs bloquent la circulation à l’entrée des souks ainsi que des tables d’un mètre carré sont fixées et contournent les espaces libres. Ce phénomène encourage le commerce illicite et les gens se sentent très gênés par la bousculade. Tout se bloque et la nervosité se qualifie avec certitude. Dans les couloirs des souks on croise des carrosses qui transportent n’importe quoi, et aussi des motocyclettes avec leurs échappements libres polluant les fruits et légumes avec leur fumée noirâtre, sans que nul ne peut réagir ou sensibiliser à ces agissements  inadmissibles et fatigables. Ces derniers n’ont aucun sens de la culture ni de civisme. Les tables de vente de chamiya se collent à tous les coins avec des adolescents qui n’ont rien avoir avec le commerce et l’hygiène est redoutée. Comment doit-on lutter contre ces fléaux qui perturbent le développement de la société. Quant aux vendeurs de tripes, c’est la catastrophe, la propreté est absente. Tous ces commerçants disent que ce mois de ramadhan est le mois le plus clément de l’année et la Tijara est halele ( le commerce est permis).                           

Mohammed SMAIL
Lundi 5 Août 2013 - 11:07
Lu 106 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+