REFLEXION

BB, BHL et bey bey



Conjuguer les efforts de tous, citoyens compris, le pays sera sûr, calme, en perpétuel mouvement de jour comme de nuit, l’activité économique du nord au sud en passant par le centre se déroulera dans des conditions normales. Seuls des vagues de violence sporadiques, des conflits sociaux, des sit-in, des grèves et autres troubles viendront de temps à autres nous rappeler que le pays est en mutation. Une croissance nulle ou presque est, en soi et dans les conditions et la situation actuelles du pays, un bon résultat, mais elle ne permet aucunement de répondre aux attentes des uns et des autres notamment en matière d’emploi. Un million d’emplois doit être crées dont une centaine de milliers pour les diplômés du supérieur. La situation de l’emploi s’est dégradée et risque de se détériorer davantage si l’on n’arrive pas à mettre fin à des dépassements assimilés par certains à des actes dits de souveraineté. Empêcher, par la force, des activités économiques, pour des raisons aussi légitimes soient-elles, revient à menacer et la production et les postes d’emploi existants et futurs. Heureusement que, jusqu’à présent, le nombre d’entreprises fermées et d’emplois perdus est minime mais les pertes financières, elles, sont considérables notamment dans le secteur minier. La revendication est une chose, le chantage à l’économie nationale en est une autre. Prendre en otage tout un secteur ou une entreprise n’est pas la bonne manière pour faire valoir ses droits. Nous avons été et nous sommes encore un exemple, un laboratoire de recherche politique, économique et sociale pour de nombreux pays en cours de changement. Faisons prévaloir la raison, le droit, la loi, le dialogue. Pour avoir gain de cause, le radicalisme ne devant être que l’ultime recours. Donnons la priorité aux plus démunis et aux chômeurs et pensons à l’intérêt suprême du pays. Des milliers et des milliers de dinars ont été dépensés en aides conditionnées et en publicité directe par certains partis bien dans leurs caisses. C’est leur droit, mais il n’empêche que le devoir nous dicte à tous, maintenant plus que jamais, d’être solidaires avec les victimes de la tragédie nationale et d’unir nos forces pour relever les défis et gagner notamment le pari de l’emploi. A nos forces de sécurité loyales aussi de faire preuve de solidarité, de jouer le rôle fort important qui est le leur en garantissant la sécurité du pays et du peuple qui leur fait entièrement confiance et d’aider à réussir cette étape décisive de l’histoire du pays. Nos problèmes, tous nos problèmes n’en seront que réduits et connaîtront assurément ainsi les solutions adéquates.

Charef Slamani
Samedi 17 Septembre 2011 - 10:47
Lu 463 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+