REFLEXION

BATNA : Il poignarde sa fille qui refusait de porter le niqab

Un individu, d’un certain âge, a poignardé, en ce début de semaine, sa fille, âgée d’une vingtaine d’années, qui avait refusé de porter le niqab (voile intégral). Les faits ont eu lieu dans le quartier populaire de Tamechit, à Batna. Tout a commencé quand la jeune fille en question, qui portait, déjà, le Hidjab, s’est catégoriquement opposée à l’idée de devoir porter un niqab comme le lui ordonnait son père.



BATNA : Il poignarde sa fille qui refusait de porter le niqab
La victime, étudiante à l’université, a dû faire face à de grandes pressions et à des agressions verbales émanant de son père. Ce dernier lui a demandé avec insistance, à maintes reprises, de se débarrasser du hidjab et de porter à sa place le niqab. Mais, elle n’a rien voulu entendre, en faisant savoir à son père qu’elle lui a toujours obéi mais refuse de porter le niqab. Devant la détermination de la jeune fille, le père animé par une colère aveugle, saisit alors un couteau de cuisine et porte de violents coups à sa fille. Touchée au niveau d’une partie sensible du corps, la jeune fille, s’affaisse au sol. La croyant probablement morte, l’agresseur s’éclipse. Acheminée vers l’hôpital, dans un état jugé grave, la victime a été prise en charge par une équipe médicale. Elle a, par la suite, subi une opération chirurgicale pour arrêter une hémorragie occasionnée par une plaie profonde. Le père agresseur a été arrêté par la police judiciaire suite aux déclarations de la fille qui a eu la force de le dénoncer malgré l’état où elle se trouvait. La jeune fille victime de réflexes dogmatiques violents à échappé miraculeusement à la mort. Car dans de tels cas de figure où l’intolérance, l’obscurantisme et la brutalité sont présentes dans un cercle familial, les choses se terminent généralement par des assassinats maquillés en suicide pour les filles et femmes ayant commis des fautes jugées graves par leurs proches. En matière de fetwas, les idées divergent au sujet du port du niqab. Les uns le conçoivent comme obligatoire pour les femmes musulmanes, alors que d’autres affirment que ce n’est pas une obligation. Ce qui explique bien des divergences de point de vue.

Riad
Dimanche 6 Octobre 2013 - 22:00
Lu 633 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+