REFLEXION

BAS MAZAGRAN : Ces vendeurs de pain traditionnel qui ne reculent devant rien



Poussés à leur limite, des enfants souvent à bas âge frôlent quotidiennement la mort à chaque traversée de la route. Ces forçats des temps modernes sont obligés à vendre du pain traditionnel dans des conditions extrêmes et ce, sur les abords du dédoublement routier qui relie le chef-lieu de la wilaya au rond point de la plage les Sablettes.Ce tronçon routier long de plusieurs kilomètres est devenu, pendant le mois sacré de ramadhan, un refuge idéal pour les vendeurs du pain traditionnel. Le nombre de ces gosses dans les dix derniers jours à doubler voire décupler pour satisfaire la demande pressante des automobilistes qui ne voient pas le coté dangereux de ce commerce, mais comme même ils stationnent leurs véhicules à coté de la route pour acheter une ou deux « pain de Koucha», en encourageant ainsi la prolifération de ces pratiques. Le commerce du pain traditionnel connaît en ce mois sacré un véritable essor et les enfants font plusieurs navettes pour approvisionner leurs paniers jusqu'à la prière d'El Maghreb, afin de satisfaire la demande de plus en plus croissante des jeûneurs. Selon un vendeur questionné : « avant la rupture du jeûne d’une heure, une clientèle nombreuse prend d'assaut cette route.», alors les vendeurs du pain fait maison triplent le chiffre d’affaire de la journée, pendant cette courte période allant de 19h à 20h. Cette cohue d'automobilistes qui se forme devant les vendeurs du pain durant la dernière heure est ainsi l’une des causes de la prolifération de ce commerce informel et le citoyen voit que l’automobiliste est aussi responsable dans ce problème. Par ailleurs, nous avons appris que ce commerce est très prospère dans les zones rurales situées à l’Est de la wilaya, tandis que le malheur dans tout ça, c’est lorsque nous avons questionné un enfant ,vendeur du pain traditionnel est-ce que vous mangez de ce pain à la maison ? La réponse de ce dernier était choquante : « non, ni moi ni ma famille ne mangent de ce pain.»,selon notre interlocuteur la meilleure quantité est destinée juste à la vente. Cependant, la nuit tombée un autre endroit est petit à petit peuplé de ces bambins vendeurs ; le front de mer de la Salamandre où on trouve partout  ces enfants qui vendent toutes sortes de choses notamment ; des ballons gonflables, biscuits et autres chocolats au lieu de jouir de la vie comme leurs semblables.

Bouziane Kamel
Mercredi 17 Juillet 2013 - 22:00
Lu 245 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+