REFLEXION

BAS LES MASQUES : Sarkozy dégaine les armes de l’extrême droite



« Que se cache-t-il sous les apparences ? Quand les masques tombent, les surprises sont au rendez-vous... ». C’est un Sarkozy complètement dépassé par les événements, qui s’est montré sous son vrai jour avant-hier à Grenoble, et comme à son habitude lorsqu’il se voit acculé dans ses derniers retranchements, il tente de rebondir sur le volet sécuritaire, chasse gardée du front national de Jean Marie Le Pen. Lui-même fils d’immigré venu de Hongrie pour s’installer à Marseille, n’a pas cru bon de rappeler son histoire aux français, car quelque soit les circonstances, Nicolas Sarkozy n’est pas français de souche comme Jacques Chirac. Il fait partie de cette dernière génération débarquée en France qui a pu se frayer un chemin dans la politique grâce au lobby juif au détriment des autochtones. Comme nous l’avions toujours pressenti, Nicolas Sarkozy est un danger non seulement pour les ressortissants étrangers mais pour la France elle-même. Sa politique est en train de faire vibrer les fondements mêmes de la Nation Française. Le discours tenu jeudi dernier est une preuve irréfutable sur les intentions malhonnêtes, provocantes et insultantes du président français. En établissant publiquement un lien direct entre l’immigration et les problèmes d’insécurité en France, Sarkozy fait tomber son masque et apparaît sous son véritable visage. Ridiculisé par la Gauche française, humilié par l’AQMI au Sahel en tentant de libérer l’otage, lâché par les français, les sondages sont à leur plus bas niveau, mêlé à des scandales financiers, s’ajoutant à cela, l’échec total sur le plan politique et économique, le pouvoir d’achat, les délocalisations, le chômage galopant, le bouclier fiscal, l’insécurité dans les villes, les pertes militaires en Afghanistan, le chef de l’Etat Français est aux abois, il donne l’impression publiquement de maitriser la situation, mais en réalité il n’en est rien, il a tout perdu à la veille des échéances électorales de 2012. dans son discours musclé, il a déploré l’échec du modèle français d’intégration des immigrés, à l’origine selon lui, des problèmes de délinquance et d’insécurité que connait actuellement la France. Deux gros mensonges lancés devant les caméras des télévisons, que tout le monde en a ri. C’est absurde et c’est ridicule. Le système français d’intégration a été de tout temps l’un des meilleurs systèmes au monde et ce n’est que depuis l’investiture de l’actuel président que les choses ont basculé, c’est l’équipe actuelle au pouvoir qui a fait de ce système un instrument de propagande le déviant totalement de son objectif initial, en semant la zizanie et le doute au sein de la société française par l’instauration d’un débat sur l’identité française et en créant par ailleurs des groupuscules d’intellectuels et autres qui avaient la charge de marginaliser les français d’origine étrangère et les rendre responsables de tous les maux que connait la société française. Une manière de diviser pour régner et faire en sorte à ce que l’ensemble des français suivent cette idée et pointant du doigt les étrangers, notamment ceux d’origine algérienne. Mais c’était sans compter sur l’intelligence du peuple français. Car les deux peuples se connaissent « merveilleusement » bien, pour savoir faire la différence entre le bon grain et l’ivraie. Le président français, avocat de son état, donc un fin connaisseur du droit, n’a pas hésité un seul instant de proposer une série de meures dont le retrait de la nationalité française à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un policier ou d’un gendarme. Oui à toute personne d’origine étrangère, cette nouvelle notion introduite publiquement par le premier magistrat de la République Française. Et c’est le noyau du racisme et du rejet de l’autre. Tout d’abord au nom de quel droit et sur quelle logique, s’arroge t-il le droit de violer le premier article de la constitution française et en bafouant le droit universel sur lequel repose toute l’humanité. Cette nouvelle terminologie était en effet jusque là utilisée uniquement par les partis d’extrême droite, notamment le front national (FN). Nicolas Sarkozy, au plus bas dans les sondages et mis en difficulté par l’affaire Betancourt du nom de cette milliardaire soupçonnée d’évasion fiscale avec la complicité d’un de ses fidèles ministres, tente visiblement de rebondir en prévision des élections présidentielles de 2012. De l’avis de tous, l’ère Sarkozy n’aura duré finalement que cinq ans et tant mieux pour les français qui en l’espace de trois ans de Sarkizysme, ils sont au bord de l’asphyxie. Il va se casser les dents en 2012. Je vous le dis.

Amara Mohamed
Dimanche 1 Août 2010 - 11:34
Lu 520 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+