REFLEXION

BAISSE BRUTALE DES COURS DES HYDROCARBURES : L’Algérie perdra 35 milliards de dollars en 2015, affirme Sellal

Lors d'une rencontre avec la communauté universitaire et académique organisée par le Conseil national économique et social (CNES), le premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué hier que la baisse des cours du pétrole sur les marchés internationaux devrait causer un recul d'environ 35 milliards de dollars des ressources de l'Algérie en 2015.



Le premier ministre a souligné lors d'une rencontre avec la communauté universitaire et académique organisée par le Conseil national économique et social (CNES), que "La baisse brutale des cours des hydrocarbures, qui risque de durer, impacte les ressources de notre pays. Il s'agit de 33 à 35 milliards de dollars en moins sur l'ensemble de l'année 2015". Les conséquences d'"une baisse étalée" des cours, a poursuivi le ministre, seront la contraction des ressources du Fonds de régulation des recettes (FRR) et l'accroissement de la dette publique interne. Pour M. Sellal, cette conjoncture "difficile" plaide pour des actions de rationalisation de la dépense publique et de développement du marché des capitaux, "ce que le gouvernement fait actuellement". "La conjoncture actuelle est certes difficile mais elle offre aussi une excellente opportunité d'introspection et de prise de décisions audacieuses pour construire une nouvelle vision économique et modifier nos modes de fonctionnement et de régulation", en pariant, selon lui, sur la croissance, a indiqué encore le Premier ministre. Dans ce contexte, le gouvernement avait validé un modèle de croissance de l'économie nationale et un cadrage budgétaire du programme quinquennal 2015/2019, qui prenaient en compte la dégradation possible des cours des hydrocarbures, a expliqué M. Sellal. En outre, "en décembre 2014, le chef de l'Etat a fixé le cap de la réponse nationale à la contraction des revenus pétroliers. Rationaliser les dépenses, mieux maîtriser le commerce extérieur et les flux de capitaux et poursuivre le développement socioéconomique du pays", a-t-il ajouté. Sur les six premiers mois de 2015, les recettes et les finances publiques de l'Algérie ont été fortement affectées par la chute des prix du pétrole qui s'est traduite par une forte baisse des exportations des hydrocarbures. Ces exportations sont passées de 31,79 milliards de dollars au premier semestre 2014 à 18,1 milliards de dollars à la même période de l'année en cours, soit une baisse de 43,1%, Selon les chiffres de la Banque d'Algérie. En 2014, les exportations d'hydrocarbures ont atteint 58,34 milliards de dollars contre 63 milliards en 2013.

Ismain
Dimanche 20 Septembre 2015 - 17:45
Lu 347 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+