REFLEXION

Avortement d’une jeune universitaire a Guelma : Une étudiante et son acolyte condamnés à la prison ferme

Le juge du tribunal de première instance de Guelma a prononcé, avant-hier, des peines de prison ferme à l’encontre de plusieurs personnes accusées dans une affaire d’avortement d’une jeune étudiante, qui a bouleversé et créé un grand émoi au sein de la population estudiantine de la cité universitaire de Souk Ahras cette saison estivale.



Avortement d’une jeune universitaire a Guelma :    Une étudiante et son acolyte condamnés à la prison ferme
Les inculpés, il leur été reprochés le grief d’avortement illégal sur une jeune étudiante qui fut engrossée suite à une relation illégitime. Parmi les inculpés condamnés, une jeune étudiante répondant aux initiales M.N âgée de 23 ans qui a écopé de six mois de prison ferme. Quant aux autres, ils ont été condamnés à un an de prison ferme et il s’agit de  R.S, le concubin de cette dernière,  un autre agent de sécurité, Kh.M.T  employé au niveau de l’hôpital d’Ibn Rochd à Souk Ahras,  A.N une autre étudiante qui a terminé ses études universitaire, B.R une enseignante dans une école coranique et enfin A.S une stagiaire en couture et  tricotage. La genèse de cette affaire d’immoralité châtiable, remonte au mois de mai de l’année en cours lorsqu’il a été appris qu’une étudiante résidant à la commune de « Lehnancha » wilaya de Souk Ahras eu procédé à une interruption volontaire de grossesse après une relation intime illégitime avec un jeune homme marié et père de deux enfants. Ce dernier très affolé par la grossesse de la jeune fille dont il est responsable, décide de la faire avorter coute que coute. Alors il décida d’emmener sa concubine chez une vieille et cacochyme  femme qu’il connaissait que trop bien en tant que client invétéré du fait qu’elle utilisait sa demeure pour les débauchés sexuels à se rassasier de toute forme de vice,  et d’autre part, cette demeure servait à des avortements de jeunes filles aventureuses avec la complicité d’autres femmes complices qui ne reculent pas d’un iota devant la morale. Après le déroulement de l’opération d’avortement, la jeune fille de retour à sa chambre à la  résidence universitaire à Souk Ahras fut surprise par la sagacité de sa copine de chambre qui de prime face a tout compris. Ne pouvant s’abstenir et cacher le secret, la copine de chambre alla directement avertir la directrice de la cité universitaire, qui à son tour déposa plainte auprès des services de sécurité qui ont engagé des investigations approfondis pour confiner à l’arrestation des 5 inculpés et leur présentation devant la justice.  Quant au Procureur de la République, après une longue plaidoirie, a requis 18 mois de prison ferme à l’encontre des inculpés. Après délibération, le tribunal a prononcé les peines de prison ferme  citées supra.

Touffik
Mardi 11 Septembre 2012 - 23:00
Lu 833 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+