REFLEXION

Avec ou sans Assange, les "wikifuites" continuent



Avec ou sans Assange, les "wikifuites" continuent
Alors que son fondateur est derrière les barreaux, WikiLeaks continue, au nom du "business as usual", à diffuser des télégrammes de la diplomatie américaine, dont un des derniers mardi soir dévoile que l'Arabie Saoudite avait proposé de mettre sur pied une force chargée de combattre les militants du Hezbollah au Liban avec l'aide des Etats-Unis, de l'ONU et de l'Otan. Un autre, évoque l'entourage familial du président Zine El-Abidine Ben Ali dans des termes peu flatteurs, en le décrivant comme une "quasi-mafia", le régime tunisien n'acceptant "ni critique ni conseil". Un autre éclaire d'un nouveau jour l'affaire de Lockerbie, en révélant que Tripoli avait fait largement pression sur le Royaume-Uni et brandi la menace de conséquences "extrêmes" si l'auteur libyen de l'attentat, malade, venait à mourir en prison. Et combien encore à paraître ?

Réflexion
Jeudi 9 Décembre 2010 - 11:36
Lu 262 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+