REFLEXION

Arzew : Le complexe d’ammoniac et d’urée opérationnel dans dix jours



La mise en service du complexe d’ammoniac et d’urée d’Arzew se fera «dans les dix prochains jours», a-t-on appris auprès du PDG de la société Sorfert Algérie, M. Amr Hassaballah.«Le complexe sera mis en service dans les dix prochains jours alors que la mise en production se fera en deux étapes, respectivement sur les deux lignes à compter de la mi-juillet prochain », a souligné le même responsable, au cours d’une rencontre avec la presse, tenue à Oran.M. Hassaballah a indiqué que la mise en service des machines du complexe, situé dans la zone industrielle d’Arzew, tourneront sans interruption, durant tout un mois avant que ne soit entamée la mise en production, après les essais et les contrôles d’usage et la réception officielle de cette structure réalisée par une entreprise allemande. Le PDG de Sorfert s’est, par ailleurs, félicité du récent accord, paraphé le 27 mai dernier, entre le groupe Sonatrach et Orascom Construction Industrie (OCI) et portant sur les aspects commerciaux et économiques relatifs à l’entreprise Sorfert. «Nous avons accepté toutes les propositions de Sonatrach. Nous ambitionnons de faire bénéficier l’Algérie de l’expérience et du savoir-faire égyptien en matière d’industrie des engrais et fertilisants, en apportant une plus-value à notre partenaire», a indiqué M. Hassaballah, soulignant que l’objectif visé est de faire d’Arzew un pôle
de production d’ammoniac et d’urée important et incontournable dans la région méditerranéenne.Par ailleurs, ce responsable a mis en exergue les trois engagements pris par son entreprise. D’abord, algérianiser la ressource humaine. «Actuellement nous comptons un effectif de près de 700 algériens pour 120 égyptiens.Nous œuvrerons à réduire le nombre des expatriés dans les prochaines années et faire de notre entreprise un incubateur de compétences algériennes », a-t-il expliqué.Ensuite, toutes les opérations de «trading» se feront en Algérie et au niveau de l’entreprise même qui dispose d’une direction commerciale. Et, enfin, les bénéfices seront répartis proportionnellement aux gains et en faveur du groupe Sonatrach, malgré le fait qu’Orascom Construction Industrie est majoritaire avec 51 % des parts de la SPA Sorfert, créée en 2007. L’objectif de cette entreprise est de répondre d’abord aux besoins du marché national en matière d’urée, utilisée dans le domaine agricole.«Notre engagement est de proposer au fellah algérien un produit de qualité à un prix représentant la moitié de ceux pratiqués sur les marchés internationaux», a-t-il assuré.Au départ, la production de l’usine sera de l’ordre de 70.000 tonnes d’urée par an, destinées au marché national. Quant à l’ammoniac, «peu utilisé», il sera destiné à l’exportation. «Notre stratégie est d’éviter les pays grands consommateurs d’ammoniac comme la Chine et l’Inde, régulièrement approvisionnés par les pays du Golfe arabe.Notre ambition est de gagner des parts de marché auprès de certains pays émergents comme le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, l’Argentine, le Brésil», a ajouté M. Hassaballah. Sorfert est une joint-venture chargée de la réalisation et de l’exploitation du complexe d’ammoniac et d’urée s’étendant sur une surface de 37 ha. Le complexe dispose de deux unités de production d’ammoniac de 2.200 tonnes/jour et d’une unité d’urée d’une capacité de production de 3.450 tonnes/jour.   

Medjadji. H
Samedi 22 Juin 2013 - 08:24
Lu 672 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+