REFLEXION

ArcelorMittal El Hadjar menacée de "dépôt de bilan"



ArcelorMittal El Hadjar menacée de "dépôt de bilan"
ArcelorMittal, filiale algérienne du géant mondial de l'acier, qui emploie dans le grand complexe d'El Hadjar, près d'Annaba, dans l'Est, près de 7 000 salariés, est menacée de "dépôt de bilan", en raison d'une crise de trésorerie, a t on appris jeudi de source syndicale. « Le dépôt de bilan est imminent. Le complexe croule sous une dette de 120 millions de dollars », a déclaré à l'AFP le secrétaire général du syndicat d'entreprise d'El Hadjar, Smaïn Kouadria. Aucun responsable d'ArcelorMittal en Algérie n'était immédiatement joignable pour commenter cette information. Selon M. Koudria, ArcelorMittal ne dispose pas actuellement de liquidités pour « continuer normalement son fonctionnement ». La direction a négocié, sans succès, avec la Banque extérieure d'Algérie (BEA, publique) « un prêt de 200 millions de dollars pour entamer la rénovation des installations et rembourser un prêt de 120 millions », a t il précisé. Mais la banque a exigé d'AreclorMittal « d'hypothéquer un terrain de 830 hectares, propriété de l'État algérien, sur lequel est bâtie l'usine, a ajouté M. Koudria. ArcelorMittal aurait pu obtenir son prêt « en hypothéquant ses biens immobiliers mais la banque a refusé », a ajouté M. Kouadria.   ArcelorMittal détient 70 % du capital du complexe sidérurgique et le groupe public algérien Sider les 30 % restants. L'usine, propriété de l'État algérien, avait été achetée à 70 % en 2001 par l'Indien Ispat, du groupe Mittal. Les deux parties avaient alors conclu une convention d'investissement et de partenariat pour 10 ans. Le prêt aurait permis à ArcelorMittal de surmonter sa crise de liquidités en attendant la signature d'une nouvelle convention de partenariat avec l'État, selon M. Kouadria.    Le gouvernement avait donné en septembre son feu vert à la reconduction du contrat de partenariat le liant à ArcelorMittal. Cette décision devait permettre la mise en œuvre d'un programme d'investissement de 500 millions d'euros entre 2011 et 2015, a t il précisé. Ce programme devrait être consacré notamment à l'implantation d'installations qui porteront la capacité du complexe à 2,4 millions de tonnes par an, contre 2 millions actuellement, pour un coût total de 300 millions d'euros.    

Seif-Eddine
Samedi 7 Janvier 2012 - 11:41
Lu 589 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+