REFLEXION

Aqmi accuse la Mauritanie d'être un "agent de la France"



Aqmi accuse la Mauritanie d'être un "agent de la France"
Selon un militaire malien, les ravisseurs qui ont emmené dans le désert, le 16 septembre, cinq Français et deux Africains, "bougent beaucoup avec leurs otages". Ils restent donc très difficiles à localiser, malgré d'intenses recherches auxquelles la France participe à partir d'une "base opérationnelle" à Niamey composée de 80 hommes, pour effectuer des missions aériennes de reconnaissance. Ces militaires disposent d'avions de reconnaissance Atlantique 2 et Mirage F1-CR, selon une source proche du dossier à Paris. Leur but est "de détecter les émissions radio et tout signe électro-magnétique pour tenter de localiser les preneurs d'otages", a-t-elle affirmé. Les otages seraient désormais retenus dans le nord-est du Mali, dans une zone montagneuse du désert, adossée à l'Algérie.A ce jour, la France n'a toujours reçu "aucune preuve de signe de vie" des otages.Selon le ministère français des Affaires étrangères. Les recherches ont lieu en parallèle à une intervention de l'armée mauritanienne contre des unités d'Aqmi dans le nord du Mali, à l'ouest de Tombouctou. Selon un bilan officiel mauritanien datant de samedi, les combats avaient fait 12 morts côté Aqmi, six morts dans les rangs de l'armée. Six hommes suspectés d'être liés à Aqmi ont également été "faits prisonniers", a affirmé lundi une source sécuritaire à Nouakchott. Dimanche, un avion mauritanien a bombardé une colonne de véhicules qui, selon l'armée, transportaient des "terroristes". Mais des témoins au Mali ont affirmé que des civils avaient été tués (deux femmes) et blessés (quatre hommes) dans ce raid aérien, ce qu'a catégoriquement démenti Nouakchott. Une source militaire mauritanienne a évoqué la mort d'une femme présentée comme "l'épouse d'un terroriste".Al-Qaïda au Maghreb islamique a réagi par la voie d'un communiqué, publié par l'agence en ligne privée Nouakchott Informations, qui accuse le régime mauritanien de "tuer des civils" au Mali. Le texte dénonce "le lâche crime perpétré par un raid aérien de représailles après le cuisant échec (infligé) par les moujahidine à l'armée mauritanienne, agent de la France de Sarkozy". Et d'ajouter : "Nos frères musulmans du nord du Mali ont été l'objet de cette agression lâche tuant deux femmes, Najiya et Salka, et blessant un homme, un proche de ces femmes".

Ismain
Lundi 27 Septembre 2010 - 00:01
Lu 335 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+