REFLEXION

Après le Printemps arabe, le terrorisme

Montée en puissance des combattants étrangers en Syrie, trafic d'armes transnational en Afrique du Nord, guerre ouverte au Mali: les jihadistes ont élargi leur champ d'action à la faveur des bouleversements du Printemps arabe.



Après le Printemps arabe, le terrorisme
Selon des chancelleries, ce constat a précipité l'intervention française au Mali, et la prise d'otages à In Amenas en Algérie en serait une autre illustration.La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton l'a reconnu devant le Congrès mercredi. «Les révolutions arabes ont bouleversé l'équilibre des forces dans toute la région (et) l'instabilité au Mali a créé un refuge pour des terroristes qui cherchent à étendre leur influence et à perpétrer davantage d'attaques», a-t-elle jugé alors qu'elle était interrogée sur l'attaque contre le consulat américain de Benghazi (Libye) en septembre.
 
Intervention en Libye
Moscou va plus loin, pointant du doigt depuis des mois le péché originel que constitue l'intervention occidentale en Libye. «Les actes de terrorisme sont quasi-quotidiens, les armes se répandent sans le moindre contrôle, l'infiltration des combattants (étrangers) est en cours», a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.«On a l'impression que le Mali est la conséquence de la Libye, et la prise d'otages en Algérie en est un signal d'alerte très inquiétant», a-t-il ajouté.Les Occidentaux commencent aussi à s'inquiéter de la jihadisation du conflit syrien où les islamistes, appuyés par des centaines voire des milliers de combattants étrangers, gagnent du terrain.
Les erreurs de la Tunisie 
Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences-Po Paris, rappelle qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et d'autres existaient bien avant le Printemps arabe, avec une dimension «gangstéro-jihadiste» alliant guerre sainte et activités criminelles.Cependant, les régimes issus des révolutions, en voulant se démarquer de la logique du tout répressif des dictatures déchues, n'ont pas évalué l'ampleur de la menace. «Les nouveaux régimes ont beaucoup de mal à placer le curseur. Par exemple, la libération (en Tunisie) d'Abou Iyadh a été une erreur majeure: ce n'était pas un prisonnier d'opinion mais un collaborateur de longue date d'Al-Qaïda», explique Jean-Pierre Filiu.Ce vétéran de l'Afghanistan a été amnistié et il est désormais la figure de proue d'une mouvance salafiste à l'essor inquiétant. Il est l'organisateur présumé de l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis.Le président tunisien Moncef Marzouki a récemment admis ne pas avoir «mesuré» le danger que représentaient ces groupes, et que son pays se transformait en «corridor» pour les trafiquants et les extrémistes.
 
Les erreurs de la France 
L'intervention française est dès lors «une erreur stratégique» qui menace de transformer le Mali en «terre de jihad» comme l'Irak des années 2000, craint l'expert. Si le désert que se partagent la Libye, la Tunisie, l'Algérie et le Mali est depuis longtemps une zone de trafic, la présence accrue de jihadistes lui a donné une nouvelle dimension.Le caractère transnational de l'offensive d'In Amenas en a été un exemple édifiant: 32 assaillants de sept nationalités (Tunisiens, Algériens, Mauritanien, Nigériens, Egyptiens, Maliens, Canadiens) venant du Nord Mali avec sans doute une aide logistique islamiste libyenne.Conscients du problème, Tripoli, Alger et Tunis ont annoncé en janvier vouloir coordonner «armées et services de renseignements pour empêcher tout ce qui peut influer sur (la) sécurité (...): armes, drogue, traite des personnes et terrorisme».Par ailleurs, d'autres observateurs jugent que la situation au Sahel et au Mali montre que les jihadistes se sont adaptés aux réalités postrévolutionnaires.Le professeur d'islamologie Mathieu Guidère souligne que l'avènement de gouvernements dirigés par des islamistes en Tunisie ou en Egypte a contraint les mouvements les plus radicaux à identifier de nouvelles cibles.«Les partis les plus radicaux ont eu tendance à aller vers le Sud, vers des pays comme le Mali, à majorité musulmane où la problématique précédente continue de se poser, avec un gouvernement se revendiquant laïc, occidentalisé, moderniste», souligne l'auteur des «Cocus de la révolution». 
 

Riad
Mercredi 30 Janvier 2013 - 00:00
Lu 368 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+