REFLEXION

Après l’effondrement d’un immeuble à Mostaganem : La sourde oreille de la wilaya

"ILS PASSERONT LE RAMADHAN DANS LA RUE !?"

Suite à l’effondrement survenu dans l’immeuble situé en face de la daïra, les locataires de ce bâtiment sont toujours dans la rue et leur situation ne semble inquiéter nullement les autorités concernées.



Après l’effondrement d’un immeuble à Mostaganem : La sourde oreille de la wilaya
En effet, 3 jours sont passés et rien n’a été fait pour remédier à cette situation qui risque d’avoir des conséquences imprévisibles si rien n’est entrepris dans l’urgence pour sauver ces citoyens d’un sort dramatique qui profile à l’horizon. Durant ces 3 jours dans la rue, les habitants de l’immeuble sis au 3 Rue Mouffok Ahmed ont enduré le calvaire. D’une part du côté de la dignité humaine d’où ces citoyens se sont vus obligés de s’enfermer dans un ghetto entre deux bâches qu’ils ont eux-mêmes dressées pour échapper à la vue des passants et pour préserver leur intimité et du côté sécuritaire d’autre part, vu que ces citoyens ont passé des nuits blanches veillant à la sécurité de leurs familles. En effet, dès la première nuit dans la rue, des délinquants ont essayé de faire une incursion chez ces sinistrés mais heureusement ils ont été repoussés à temps par ces derniers qui se sont rassemblés pour défendre leur honneur. Les représentants des autorités locales qui leur ont rendu visite leur ont promis d’envoyer deux policiers pour veiller à leur sécurité. Une promesse qui s’est avérée fausse, car aucun agent de l’ordre public n’a été affecté à cet endroit considéré comme dangereux où un citoyen a été assassiné, le mois dernier, par une bande de malfaiteurs. Les sinistrés ont déclaré que cette nuit là, ils ont essayé de trouver refuge à la daïra mais le policier qui était à l’intérieur a refusé de leur ouvrir la porte. 5 familles habitaient dans l’immeuble effondré avec  6 bébés à leur charge et  autant de personnes âgées. Avant ce drame, ces citoyens ont sollicité, le 3 juin dernier, par une correspondance, le chef de l’exécutif de la wilaya, dans laquelle ils lui ont fait savoir qu’ils vivaient une situation très précaire et que le bâtiment s’effondre  petit à petit et bientôt ils seront dans l’incapacité de descendre par les escaliers étant donné que les marches commençaient à s’effondrer à leur tour  et même les murs n’ont pas été épargnés. Dans cette dernière correspondance, les sinistrés ont tiré la sonnette d’alarme et ont fait signaler que la situation s’empirait de plus en plus et qu’un jour ils seront sous les décombres. Du côté de la daïra, le chef de  daïra qui les a reçus, leur a demandé de patienter 3 mois pour pouvoir bénéficier de logements en tant que familles sinistrées. Les chefs de  familles lui ont  répondu que 3 mois dans la rue c’est beaucoup pour des familles avec bébés et des personnes âgées. Alors le chef de  daïra leur a répondu, selon eux, qu’ils devraient trouver une location. Une tâche plutôt difficile pour ces familles démunies. Par ailleurs,  ce dernier leur a avoué qu’il ne pourra pas leur attribuer de logements maintenant car cette attribution  risque de faire des mécontents du côté des habitants des bâtisses menaçant ruine que compte Mostaganem. Dans ce contexte, un citoyen du quartier de Raisin-ville leur a rendu visite et les  a informés que lui aussi un délai de 3 mois lui a été donné par ce même chef de daïra et depuis il n’a rien vu venir. Les sinistrés nous ont déclaré que leur  demande au logement a été bafoué du fait qu’à chaque fois on leur demande de constituer un nouveau dossier de demande de logement  jusqu’à à ce que le malheur leur soit arrivé. Ce sinistre incident était prévisible car les habitants de l’immeuble effondré ont à plusieurs reprises signalé les fissures qui menacent la stabilité de l’édifice qu’ils habitent. Une fois aux autorités concernées et  au propriétaire de l’immeuble qui  les a  informés que la cage d’escalier menace ruine et que par conséquence ils devront prendre les mesures nécessaires afin d’éviter tout incident fâcheux et qu’il décline toute responsabilité en cas d’accident qui pourrait survenir. Le chef de  daïra a promis qu’il saisira les services de l’urbanisme pour mettre  en demeure le propriétaire pour qu’il prenne ses responsabilités. A signaler  que le désagrément causé par le campement des sinistrés pour les commerçants de cette rue, et particulièrement un bijoutier qui a dû fermer boutique pour que ces familles aient un peu d’intimité dans cette demeure à ciel ouvert.

Charef Slamani
Mercredi 13 Juin 2012 - 20:47
Lu 672 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+