REFLEXION

Anciens puissants ont le mal du pays !



Eh ! Oui quand on est puissant, on fait ce qu’on veut, entrer, sortir, partir, revenir, comme bon nous semble, mais quand on est impuissant, il faut passer par ceux qui détiennent les clés des portes Et faute de voir ces portes éternellement fermées, on fait appel à quelques Guenadizes, pour leur rappeler le bon vieux temps, l’amitié de jadis, les services rendus et de leur demander d’intercéder auprès de qui de droit pour que les portes leur soient plus ou moins entre-ouvertes pour qu’ils puissent mettre les pieds dedans. Au grand dam de ces derniers et malgré leur acharnement, ils sont envoyés balader. Pour retourner au bercail, il fallait bien y songer un jour, quand on était puissant bien sûr. Car la puissance est la seule à respecter l’alternance de gré ou de force.

. .
Vendredi 12 Mars 2010 - 09:21
Lu 492 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+