REFLEXION

Algérie-Santé : 100000 nouveau-nés meurent chaque année



Plus d’un million d’enfants prématurés meurent chaque année dans le monde. Qu’en est-il en Algérie ? Selon le professeur Mustapha Khiati, président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), plus de 10 000 cas de mortalité néonatale, appelée communément décès précoce, dont «la plus grande majorité sont des naissances prématurées, sont enregistrés chaque année en Algérie». Ce chiffre est des plus alarmants, sachant que 92% des naissances sont des accouchements prématurés. Cependant, ce taux a sensiblement diminué durant les dix dernières années. Pour le Pr Khiati, ces chiffres peuvent encore baisser davantage « si on mettait le paquet sur la prévention et la sensibilisation ».A ce sujet, les spécialistes de la santé signalent que les nouveau-nés prématurés sont particulièrement exposés au risque de mortalité durant les premiers jours, voire les premières heures de leur naissance. Le Pr Khiati a indiqué que la situation de ces enfants nés avant terme est très inquiétante. C’est « une véritable tragédie anonyme » qui se joue au quotidien et « un problème majeur de santé publique », a-t-il averti. Pour une meilleure illustration, il n’a pas été sans soulever d’autres problèmes relatifs à la morbidité et à la mortalité infantile. Ainsi, outre les nombreuses complications de leur état de santé, beaucoup d’autres facteurs sont aussi à incriminer.« Une prise en charge efficiente des prématurés au niveau des services spécialisés pose un grand problème», a-t-il affirmé, en précisant que la norme est une infirmière pour chaque enfant prématuré. Et là encore, cette prise en charge s’avère « très coûteuse » et largement au-dessus des moyens de la majorité. Dans le même ordre d’idées, il a rappelé, également, que de nombreux décès périnatals et néonatals proviennent de grossesses non ou mal suivies et de grossesses à haut risque. Pour lui, cet état de fait interpelle, aujourd’hui plus que jamais, les spécialistes de la santé et les pouvoirs publics pour mettre fin à une situation qui perdure, menaçant la vie de milliers d’enfants prématurés. Une étude scientifique, publiée il y a deux jours à Washington, a révélé que la plus grande concentration de ces décès est enregistrée en Afrique et en Asie.

Réflexion
Mercredi 7 Octobre 2009 - 22:24
Lu 308 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+