REFLEXION

Alerte aux MTH à Mers El Kebir

Des habitants du quartier des haut plateaux dans la commune de Mers El Kebir, à la sortie est de la ville de Ain El Turck se plaignent des graves conséquences des eaux usées qui coulent à ciel ouvert sur plus de cent mètres, causées par un regard obstrué.



«Lorsque les services de l’APC sont venus en janvier dernier, non seulement ils n’ont pas  réparé le regard, mais ils ont en plus endommagé la conduite d’eau. Depuis, les eaux usées s’infiltrent dans la conduite d’eau potable. Nous avons saisi les services de l’hydraulique de la daïra de Ain El Turck, qui après prélèvement, nous ont interdit de consommer l’eau de la conduite qui s’est avérée impropre. Une entreprise a été retenue pour effectuer les travaux nécessaires, mais à ce jour, rien de concret», a indiqué un habitant du quartier, précisant que l’entreprise en question refuse de procéder aux réparations, tant que le ruisseau des eaux usées n’est pas asséché. Ce que les habitants contestent, car cela peut prendre encore de longs mois, compte tenu de la bonne pluviométrie et des dernières neiges. «Nous avons proposé d’autres solutions pouvant permettre de procéder aux réparations, en déviant les eaux usées, le temps de réparer la conduite d’eau potable et le regard des eaux usées, mais l’entreprise a refusé, y voyant un double travail pour elle», ajoute notre interlocuteur. Ainsi privés d’eau potable, en plus des désagréments des odeurs nauséabondes, les habitants du quartier, se sont rabattus sur l’eau de puits, pour ceux qui en ont. «Méfiants, nous avons demandé au service d’hygiène et assainissement de l’APC, de procéder aux prélèvements de l’eau de nos puits. Là aussi les résultats se sont avérés positifs et l’eau de nos puits est également infectée et impropre à la consommation», ont affirmé deux habitants du quartier. Selon les résultats des analyses remis aux intéressés l’eau prélevée de ces puits contient un fort taux de matières fécales (Coliformes fécaux). Le service d’hygiène, qui interdit la consommation de l’eau de ces puits, recommande de plus toute une panoplie de mesures à respecter, ceci après la suppression de toute source de pollution située dans l’environnement de ces puits. De sorte que ces habitants se retrouvent doublement pénalisés. Non seulement les services de l’APC ont abîmé leur conduite d’eau, sans se soucier depuis de procéder aux réparations nécessaires, mais en plus même leurs puits sont infectés.

Medjadji H
Jeudi 5 Avril 2012 - 12:44
Lu 303 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+