REFLEXION

Ajourd’hui : Rwanda - Algérie .Les choses sérieuses commencent par Kigali.

Ce match contre le Rwanda à Kigali va marquer le début de la seconde phase de qualification couplée CAN / Coupe du Monde 2010 et constitue sans doute un palier très important puisqu’il va donner le ton et permettre à l’EN de savoir rapidement ou elle se situe et le rôle qu’elle va pouvoir jouer dans cette aventure. La sélection concoctée par Rabah Saadane est plutôt classique et s’appuie sur un noyau dur de joueurs aujourd’hui assez expérimentés.



Ajourd’hui : Rwanda - Algérie .Les choses sérieuses commencent  par Kigali.

S’il fait peu de doute que Lounes Gaouaoui sera dans les buts, malgré ses difficultés en club, la défense va devoir subir un petit remaniement avec l’absence d’Anthar Yahia (blessé). Un temps incertains, Madjid Bougherra devrait donc tenir sa place dans l’axe ou il pourrait être épaulé par Samir Zaoui (incertain pour demain), à moins que Rabah Saadane tente de lancer Rafik Halliche. Adel Maiza sera, lui, très certainement sur le banc au vu de sa méforme actuelle. A droite, peu de changement avec toujours les deux même, l’expérimenté Slimane Raho, dans le rôle du titulaire, et le jeune Mohamed Rabie Meftah, comme doublure. C’est à gauche que se porte une partie de nos interrogations : si le poste est régulièrement occupé par Nadir Belhadj, la convocation de Reda Babouche, en plus d’Abderaouf Zarabi, peut être perçue comme un possible repositionnement tactique avec Belhadj au milieu, Zarabi en latéral et donc Babouche en doublure. C’est une possibilité même si les profils polyvalents de Zarabi et de Belhadj justifient peut être aussi le nombre de joueur convoqué à ce poste.

Au milieu, et plus précisément, à la récupération, la paire Yazid Mansouri, Khaled Lemmouchia avait livré un bon match contre le Bénin et si la configuration de jeu reste la même, elle devrait être reconduite à Kigali et Cherif Abdeslam sera sans doute sur le banc. L’absence de Karim Ziani, remplacé dans le groupe par Lazhar Hadj Aïssa, est plus embêtante, et il se pourrait, qu’une nouvelle fois, le coach se base sur le dernier match et aligne le toujours très remuant Yacine Bezzaz ainsi que le plus discret Karim Matmour. La présence de deux joueurs plus axiaux comme Lammouri Djediat et Lazhar Hadj Aïssa peut aussi permettre une évolution tactique en cours de match, selon l’évolution du score. Enfin Hameur Bouazza a peu de chance de débuter la partie.Devant
, le coach a le choix et va se heurter à un joli casse tête. Il a composé avec deux paires d’attaquant aux styles complémentaires. En point de fixation offensif, le choix se fera entre un Abdelkader Ghezzal qui a fourni de belles prestations en amical lors des deux dernières sorties de l’EN, et Rafik Djebbour, de retour et en grande forme avec son club. Au coté d’un de ses deux joueurs, Rabah Saadane a convoqué deux profils d’attaquant de soutien, avec Rafik Saïfi et Kamel Ghilas. Si le second a été titularisé lors des deux dernières rencontres, c’était surtout lié aux blessures du premier. Mais le coach peut considérer que l’entente Ghilas / Ghezzal (auteur d’un but chacun contre le Bénin) doit être conservée et peut ainsi décider de se passer des services du meilleur buteur de l’EN en exercice, à savoir Rafik Saïfi. Autant dire que le doute plane sur la constitution du duo offensif même si la titularisation de Ghezzal semble la plus sûre.Les Verts entament donc la première marche de la qualification par une rencontre difficile, sur un terrain, au Rwanda, qui avait vu le Maroc et la Mauritanie sévèrement battu l’an dernier (3-1 et 3-0) lors de la première phase. Les Rwandais sont difficiles à jouer chez eux, possèdent une équipe solide et dans un environnement toujours assez dur, les verts vont devoir très vite ne pas hypothéquer leur chance de qualification. Avec seulement 4 équipes par poule, la moindre rencontre revêt une importance capitale et, avant d’affronter l’Egypte à Blida, l’EN a besoin d’un maximum de confiance. La sélection est fébrile loin de ses bases mais il va falloir qu’elle réponde enfin au défi physique que représentent ces rencontres en Afrique Subsaharienne pour passer un cap. Entreprenant, capable de remonter un score, solide à domicile, les fennecs perdent parfois leur repère à l’extérieur, hors, une qualification se joue souvent en rapportant des points lors de ces périples. L’état d’esprit sera aussi important que le jeu, la volonté de gagner les duels, d’imposer le rythme, d’aller au charbon vont conditionner le sort de ce match sans doute plus que le niveau réel ou prétendu des joueurs constituant chacune des deux équipes. Kigali peut être le début d’une belle histoire ou un retour en arrière. Sur le modèle de la jeune génération, qui vient de se qualifier brillamment pour la Coupe du Monde des moins de 17 ans, l’EN va devoir cravacher en jouant chacun de ses matchs comme un match décisif. 



Mohammed Belderrar
Vendredi 27 Mars 2009 - 22:32
Lu 568 fois
SPORTS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+