REFLEXION

Aïn Sidi Chérif – Mostaganem : 14 gardes communaux victimes d’une intoxication alimentaire

Quatorze gardes communaux relevant du détachement implanté dans la commune de Ain Sidi-Chérif, distante de 20 kilomètres du Chef lieu de wilaya, ont été victimes d’une intoxication alimentaire, après le S’hour de la nuit du mercredi à jeudi dernier.



Aïn Sidi Chérif – Mostaganem : 14 gardes communaux victimes d’une intoxication alimentaire
Dès les premières heures du jeudi matin, les gardes communaux de permanence cette nuit là, souffraient de nausées, de vomissement et de douleurs abdominales, vu le nombre important de cas d’intoxication, l’on a procédé à l’évacuation des gardes communaux vers les urgences médicales pour une éventuelle prise en charge. Un cas a été déclaré grave avons-nous appris, et est toujours en observation, alors que les autres ont été orientés vers le service des maladies infectieuses. Les soupçons se portent sur le plat de couscous servi au S’hour, quant à sa provenance, aucune information n’a filtrée pour l’instant. Cet incident dénote le manque de contrôle de l’alimentation et des repas servis aux éléments de la garde communale, il n’est pas unique du fait que plusieurs intoxications alimentaires ont été signalées dans la wilaya de Mostaganem, notamment en cette période de canicule, où les services hospitaliers ont eu à traiter plusieurs cas plus ou moins graves, dus essentiellement à la péremption des produits alimentaires achetés auprès de commerçants véreux. Il y a lieu de noter également les conditions « déplorables » d’hygiène et de conservation des denrées alimentaires au niveau des cuisines et magasins. Mais combien de cas d’intoxication ont pu être portés à l’opinion publique quand on sait les manquements parfois avérés aux conditions minimales d’hygiène dans les restaurants et autres fast-foods dans nombre de cités et même dans les grandes villes. Ces cas, il n’y a que les hôpitaux qui pourraient en rendre compte. Il s’agit là assurément d’un problème de santé publique que le brigades des services communaux de contrôle d’hygiène ne doivent pas laisser sans réponse. Toutefois, une enquête est ouverte par la brigade de gendarmerie nationale compétente à l’effet de déterminer les causes réelles de cette tragédie qui aurait pu coûter la vie à des agents de la garde communale de faction ce soir là.

Riad
Samedi 5 Septembre 2009 - 08:00
Lu 874 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+