REFLEXION

Agression du directeur du CEM Larbi Mohamed El Khalifa dans son bureau

Le directeur du CEM Larbi Mohamed El Khalifa a été agressé dans son bureau, jeudi après-midi. L'incident a eu lieu dans l'établissement, situé à la cité Loubet, entre Grand Terre et le quartier de Petit Lac. Un inconnu a pu tromper la vigilance des gardiens et surveillants et arriver jusqu'au bureau du directeur.



Il l'a arrosé d'eau de Javel, le touchant aux yeux. Des documents administratifs ont été endommagés, nous signale certains parents d'élèves qui ne cachent pas leur inquiétude quant à la dégradation de la situation sécuritaire aux alentours des établissements scolaires. Des éléments de la police se sont déplacés sur les lieux et ont interrogé notamment le gardien de la porte. Il semblerait que l'agresseur ait escaladé le mur pour pouvoir déjouer l'attention de tout le monde. Selon des propos de plusieurs élèves, il s'agirait d'un ancien élève de ce CEM, renvoyé aux débuts de cette année. Son acte serait une vengence contre le directeur qu'il accuserait d'être derrière son exclusion du système scolaire. Ce garçon est actuellement recherché par la police. Il habiterait au quartier Petit Lac' et il aurait été reconnu par certains de ses anciens camarades. Le plus grave dans cette histoire c'est que l'acte de ce jeune adolescent semble bénéficier de la compréhension de certains parents d'élèves. Ainsi, une mère, qui a l'habitude de se rendre aux alentours de ce CEM pour accompagner son enfant, estime que l'élève en question «était de bonne éducation». «A part qu'il était rebelle» renchérit un autre. «Quand il est contrarié, surtout par un déni de droit, il rentrait dans une colère immétrisable», ajoute-t-il. Plus mesuré, un autre, tout en emettant des réserves sur l'identité de l'agresseur tant que la Police ne l'ait pas confirmée, un parent lance cette réflexion, lourde de sens : «voilà comment on glisse, sans s'en rendre compte du statut d'élève à celui de délinquant. Finalement la frontière entre les deux mondes est presque invisible». A moins que Dame Justice se montrera plus compréhensive avec cet adolescent qui doit être en plein désarroi...

Rafik M
Lundi 11 Mars 2013 - 10:50
Lu 255 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+