REFLEXION

Afin de briser le tabou, des bénévoles à Sour et Oued-El Kheir



Afin de briser le tabou, des bénévoles à Sour et Oued-El Kheir
Les bénévoles du croissant rouge se sont rendus aux lycées des communes de Sour et Oued-El-Kheir, situées du côté de la daïra d’Ain-Tédelès, distante d’une vingtaine de kilomètres durant la journée du  mercredi 4 janvier passé. La délégation forte de six personnes, était composée du docteur Italhi, du secrétaire général du croissant rouge de Mostaganem, M.Bouabdellah, du professeur de la langue espagnole à l’université de Mostaganem, M.Derdachi Belkacem, de la psychologue clinicienne, Seghier Djamila, de l’étudiante en langue Française, à l’université de Mostaganem, Melle Zitouni Nassima et de l’infocom du croissant rouge. L’objet de cette visite et de cette sortie sur le terrain était de sensibiliser les jeunes lycéens et notamment ceux des classes terminales du virus du Sida, qui est devenu un sujet tabou dans la société algérienne et dans les familles, qui préfèrent ne pas en parler et laisser leurs enfants courir un danger imminent. Alors que le virus touche de plus en plus de sujets et notamment des jeunes de tout âge dont la majorité, ont entre 25 et 49 ans. Les responsables du croissant rouge de Mostaganem ont décidé de braver ce tabou et d’en parler avec une frange, exposée comme toutes les autres franges de la société à ce virus, mais surtout en droit de connaitre comment, pourquoi et dans quelles circonstances on risque de contracter le VIH. Les jeunes étudiants  étaient  scotchés aux images choquantes, des personnes atteintes par le sida et au stade final. Beaucoup n’ont pu regarder, tellement cela était insoutenable. Mais une chose est sure, ils ont reçu le message 5/5. Ils savent désormais que nul n’est à l’abri de la maladie et ont un autre regard sur les personnes atteintes du virus. Beaucoup ne savent rien sur ce virus, qui pourtant cause une mort certaine et qui une fois contracté, ne peut plus être soigné. Beaucoup ont posé des questions sur la façon dont on contracte le virus, d’autres voulaient savoir si un jour la science serait capable de trouver le remède miracle alors que d’autres paraissaient gênés d’aborder le sujet et ils préféraient juste écouter. Après un débat fructueux et les conférences des deux orateurs du croissant rouge, qui ont par la même occasion  profité pour faire connaitre le rôle de l’organisation au niveau national et international, les jeunes ont apprécié la façon dont sont pris en charge les sujets atteints de la maladie par la cellule de psychologues au  niveau du croissant rouge. Le croissant rouge est en train d’investir le terrain pour rendre service à la société et c‘est justement cela, sa vraie mission.                         

Mihoub
Dimanche 8 Janvier 2012 - 11:17
Lu 636 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+