REFLEXION

Adieu, politesse..!



Jadis, la politesse naissait avec les premiers pas de la vie, elle grandissait au fur et à mesure avec l’âge, elle s’observait en tous lieux et en toutes circonstances, elle était une règle à ne point enfreiner, et malheur à celui qui l’outrepassait par mégarde ou inattention, il se condamnait à l’exil pour des jours et devenait pour longtemps la risée de la famille où aucun membre ne l’estime pour ce grave manquement. Hélas, elle vient de déserter la ville de Sidi Saïd ,elle est devenue presque inexistante surtout au sein de ces transports publics où ce désobligeant fait est le plus marquant et est le plus visible, car les cars de la honte restent des lieux de prédilection d’une cohabitation forcée où se croisent et se toisent toutes les couches sociales, sauf la couche des nantis, qui ne prend jamais ces bus qui demeurent le meilleur baromètre des rapports de ces personnes qui évoluent pour un temps non négligeable de lecture de ces derniers. C’est ainsi, qu’une des personnes âgées n’est point respectée en ces moyens de transport, elle voyage de regard en regard, suppléant une place assise sans que nul n’ose se lever et la prier à prendre sa place, il arrive même que le sollicité par cette vieille personne, détourne carrément son regard ailleurs où feint à lire un journal qu’il a maintes fois lu. D’autres jeunes mal éduqués, toute honte bue, n’osent pas à pousser le bouchon encore plus loin, en blâmant ouvertement ces vieux et autres vieilles en les conseillant méchamment de prendre des taxis, au lieu de gémir et vouloir prendre la place des autres. Le comble de ce regrettable spectacle, est de voir encore des parents installer confortablement leur progéniture sur les sièges, sans se soucier de ces vieux et vieilles personnes qui se tiennent difficilement debout, accrochées aux poignées avec tous les désagréments que causent les arrêts et les démarrages brusques de ces bus en folie, qui ne respectent aucune consigne, sauf celle de gagner davantage de sous. Voilà, ce que les parents de ce troisième millénaire, tiennent à transmettre et léguer comme « bonnes manières » à leurs enfants qui vont former la génération de la future société de Mostaganem et d’ailleurs, totalement impolie…. ! Devant cet amer constat ,il n’y a que conclure que la société mostaganemoise tend à perdre de plus en plus ses notables repères de son riche passé ,révolu, par ce déplorable état de très mauvaises conduites envers les autres, qui se caractérisent par un total manquement à cette vertu, qui faisait autrefois la fierté de la cité des mimosas, et qui l’a tant distingué…Hélas, Montaigne disait que « la politesse coute peu, et achète tout »,elle vient de fuir de toute une ville, qui se gère par l’impolitesse et le manque flagrant de courtoisie…. !

. .
Lundi 4 Octobre 2010 - 00:01
Lu 375 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+