REFLEXION

Abdelwahab le diplômé, Abdelwahab le terro



Les think tank et les centres de recherche dans les pays développés ne cessent de multiplier les études depuis plusieurs années pour comprendre les origines du terrorisme et des auteurs des attentats suicides qui ensanglantent les grandes capitales du Nord. Parallèlement à la lutte sans merci qu’ils mènent contre les groupes extrémistes et de la guerre globale contre le terrorisme, les pays développés dépensent sans compter pour financer des études et des recherches afin de mieux comprendre les raisons qui poussent des jeunes à s’engager dans ses combats désespérés et dans cette violence aveugle. Pour ces pays une meilleure compréhension de ses questions leur permettrait de mettre en place des stratégies de prévention efficaces afin de réduire à la source ses manifestations de violence. D’où l’importance de ces recherches et de l’attention qui leur est accordée par la plupart des pays développés et de leurs centres de recherche. Et, les travaux de grande facture scientifique publiés ses derniers temps ont bousculé pas de croyances établies sur le terrorisme et les mouvements djihadistes. Jusque-là, nous étions persuadés que la pauvreté et le dénuement sont à l’origine de l’explosion de la violence et du terrorisme aveugle. Du coup, on était persuadé que ce sont les conditions économiques qui sont à l’origine de cet engagement dans la violence et que les actes terroristes et les attentats suicides sont effectués par des personnes marginalisées et qui n’ont plus rien à perdre. L’acte de suicide est alors une expression violente et désespérée d’une vie de privation et de marginalité. Or, les études qui commencent à être publiées corrigent un grand nombre de croyances ou d’hypothèses qui étaient admises depuis plusieurs années. Et, la première de ces convictions est que les terroristes sont des jeunes sans diplômes et qui ont arrêté leurs études relativement tôt et dans la plupart des cas dès l’enseignement primaire. Cette conviction et le faible niveau d’instruction pouvaient justifier que ces personnes soient rapidement enrôlées par les groupes terroristes qui peuvent plus facilement les convaincre et opérer avec eux un véritable lavage de cerveau. Mais, cette idée a été remise en cause par les dernières tentatives d’attentats en Occident qui ont montré que les apprentis terroristes avaient un niveau d’instruction très élevé et pour la plupart avaient même terminé leurs études supérieures. Ces observations ont été complétées récemment par des études plus fouillées qui ont montré que ces idées simplistes ne sont pas vérifiées et qu’une grande partie des membres des groupes terroristes ont fréquenté les universités et pour certains d’entre eux disposent déjà d’un diplôme universitaire.

Charef Slamani
Mercredi 27 Juillet 2011 - 09:15
Lu 233 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+