REFLEXION

AVANT DE SUCCOMBER A SES BLESSURES A NAAMA : La victime dénonce son meurtrier en écrivant son nom avec son sang

Le tribunal criminel de Saida a eu à traiter une affaire criminelle horrifiante qui a couté la vie à une femme âgée d’une quarantaine d’années résidant à la ville de Mecheria wilaya de Naama. La victime a été poignardée mortellement avec une arme blanche utilisée par l’assassin. Mais comme il n’y a eu jamais de crime parfait, le meurtrier fut dénoncé de la façon la plus inimaginable que peut supposer tout assassin.



En effet, la victime avant de succomber à ses blessures est parvenue à mentionner le nom de l’assassin avec le sang qui coulait de ses blessures. La genèse de cette affaire selon l’arrêt de renvoi remonte à la date du 2 février de l’année en cours. Le drame s’est déroulé à la cité « Laskri Ben Kaddour Ibrahim » à la ville  de Mecheria wilaya de Naama, alors que l’acteur principal ayant commis le meurtre n’est autre que le beau frère de la victime. Ce proche assassin a tout mijoté pour pouvoir voler une somme d’argent de 28 millions de centimes du domicile de son propre frère. Le jour du drame le mis en cause a contacté par téléphone son frère militaire pour l’informer  qu’il se trouve à Alger pour des analyses médicales qu’il fallait faire subir à sa fille malade. L’appel téléphonique ce ne fut qu’un mensonge, pour lui servir d’alibi du fait que l’inculpé se trouvait à Mecheria tout prêt du domicile de son frère où il rageait de subtiliser les 28 millions de centimes appartenant à son frère. A deux pas de réaliser son rêve, le mis en cause se dirige vers le domicile de son frère absent du fait qu’il était militaire. Arrivé devant l’entrée principale, l’assassin frappa à la porte qui dès son ouverture, il poignarda avec férocité de plusieurs coups l’épouse de son propre frère la laissant gisant dans une marre de sang avant de s’emparer du montant d’argent. Après son forfait, il tenta de faire dissimuler toutes les traces du crime  avant de prendre la fuite. Il verrouilla portes et fenêtres, ouvrit le robinet du gaz de ville et alluma le feu. Alors de passage, le gardien de la cité aperçoit de la fumée se dégageait de l’appartement en question, donc il s’empressa pour alerter les autorités sécuritaires. A leur arrivée, les policiers découvrirent à leur grande surprise le corps de la femme gisant dans une marre de sang déjà morte. Mais le plus surprenant, la victime est arrivée à  dénoncer son propre meurtrier en écrivant  son nom du  sang qui jaillissait de son corps. Cette preuve irréfutable a conduit à l’arrestation de l’inculpé qui n’a trouvé aucun mobil pour nier son crime.  Reconnu coupable de meurtre avec préméditation par  le tribunal criminel, il sera condamné à la peine de mort.    

Touffik
Dimanche 25 Novembre 2012 - 00:00
Lu 470 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+