REFLEXION

AUGMENTATION DES PRIX DES CARBURANTS, l'Algérie incitée à le faire

Malgré quelle soit touchée de près par la chute du pétrole, l’Algérie n’a pas été retenue dans la liste des pays concernés par l’aggravation de la situation économique, après la crise du pétrole. La dernière étude de la Banque Mondiale publiée dans le "bulletin trimestriel d’information économique de la région MENA" montre que l’Algérie est hors de danger, alors que le pouvoir algérien a lui-même reconnu qu'il existe désormais une "crise des prix".



Mais l'étude examine le cas de pays peuplés dont les situations sont similaires ou proches de l'Algérie, comme l'Iran, l'Irak, et où le pétrole est essentiel pour les dépenses de l'Etat et l’économie de manière globale. D'une manière générale, le document refroidit un peu les espoirs exprimés en Algérie d'assister à un rebond des prix pétroliers dans six mois en relevant que sur le marché à terme, le prix du pétrole livrable en août 2015 est de 56 dollars. "Il y a peu de raisons d'espérer un redressement des cours pétroliers". "La gravité de la chute des prix du pétrole est presque sans précédent – deuxième derrière celle de 2008 lorsque les prix sont passés de 148 dollars à 40 dollars le baril" indique l'étude qui recense les trois raisons avancées pour expliquer l'effondrement des prix : augmentation de la production américaine de pétrole de schiste, changement de la politique de l’OPEP en direction de la défense des parts des marchés et, enfin demande mondiale faible du fait d'une croissance mondiale atone. Exit donc une hausse des prix pétroliers dans un horizon court. Mais alors que le gouvernement algérien n'envisage toujours pas une hausse des prix des carburants et de l'énergie en général, l'étude montre qu'une levée des subventions sur l'énergie et les carburants fait partie des réponses des Etats pétroliers à la forte chute des recettes. Même l'Arabie Saoudite avec ses réserves de 700 milliards de dollars "s'apprête à augmenter les prix de l'énergie et du carburant et à accroître la rentabilité des revenus des produits non pétroliers, en particulier par le biais de droits et de frais".  L'étude du FMI cite comme une mesure positive le fait que le "parlement" de Tripoli envisage de "supprimer les subventions aux combustibles fossiles", une mesure qui pourrait contribuer à aider l'État à combler le fossé grandissant entre ses dépenses et ses recettes.  L'augmentation, progressive, des prix des carburants et de l'électricité est régulièrement recommandée par les experts algériens pour réduire la dépense publique et également s'attaquer au gaspillage de l'énergie et au trafic du carburant.  Récemment deux économistes ont préconisé une "augmentation, de manière progressive mais substantielle", du prix de l'essence pour "supprimer sa subvention inéquitable" et "réduire la consommation énergétique et le gaspillage".

 

Nadine
Samedi 31 Janvier 2015 - 17:29
Lu 961 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+