REFLEXION

ATTEINT DE PARAPLEGIE : Un enfant lance un cri de désespoir



Comme tous les enfants de son âge Ghazali Mokhtar Kheireddine âgé de 6 ans rêve d’une vie normale, mais hélas le destin en a voulu autrement, car cet enfant atteint d’une paraplégie ne se déplace qu’en fauteuil roulant et trouve beaucoup de difficultés dans son quotidien. Cette maladie paralysante et incurable qui terni tout l’espoir des parents du petit Mokhtar. Un malheur ne vient jamais seul, car en plus de l’handicap de cet  enfant innocent, ses parents vivent une situation de précarité indescriptible dont les moyens ne permettent pas  de prendre en charge le suivi, le contrôle, le traitement, enfin une prise en charge médicale qui demande des fonds et un minimum de décence relative à la vie familiale vu la condition professionnelle de son père Ghazali Bendehiba  âgé de 40 ans demeurant à la cité Sanaoubers (Sirat), maçon de  son état  qui ne travaille que partiellement pour des travaux de bricolage sans pour autant bénéficier d’ une couverture sociale à savoir Carte d’Assurance Sociale lui permettant de bénéficier des avantage sociaux, médicaux aussi de prestations familiales pour subvenir à ses 5 enfants et son épouse qui ne disposent même pas d’une petite pension ou revenu leur permettant de se nourrir. Le petit Mokhtar frappé à la fleur de l’âge par  cette maladie contractée depuis longtemps qui a été admis cette année à l’école et ne se déplace qu’en fauteuil roulant, un handicap qui nécessite un besoin d’aide et d’une prise en charge lui permettant de bénéficier davantage de facilités pour poursuivre sa scolarité en lui  trouvant  une assistante permanente qui doit l’ accompagnée dans ses déplacements et sa scolarité surtout en classe afin de répondre à ses attentes et ses besoins, vu son très jeune âge, par exemple un membre de sa famille, dans le but d’éviter une corvée en plus à l’institutrice qui doit s’occuper du côté pédagogique de l’enfant dont la vie sociale n’est guère reluisante. A cet effet, le petit Mokhtar lance un cri de détresse aux services de la DAS, pour  le faire bénéficier de la carte de « CHIFFA » qui lui permettra un accès gratuit aux soins et sollicite le secours de toutes les personnes  qui pourront lui venir en aide et en particulier les autorités compétentes, son espoir repose sur le président de l’APC de la localité de Sirat.          

Bouziane Kamel
Mardi 1 Octobre 2013 - 22:00
Lu 211 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+