REFLEXION

ARZEW : Prolifération des débits clandestins de boissons alcoolisées

Depuis la fermeture des dépositaires d'alcool dûment agrémenté par les services de la wilaya et qui ont fait l'objet de fermeture en compagnie de ceux des bars du quartier chinois du centre ville d'Arzew, les débits et commerces de boissons alcoolisées poussent dans la ville pétrochimique d’Arzew comme des herbes folles à la belle saison.



Un véritable pied-de-nez à l’endroit de la puissance publique, qui peine à exercer son pouvoir de régulation et de contrôle de cette activité interlope. « On parle régulièrement de la saisie de quantités de bouteilles d’alcool, pourtant ce commerce n’a jamais été aussi florissant et ses acteurs ne sont pas inquiétés outre mesure », affirme le propriétaire d’un  dépositaire de bière et de spiritueux qui vient d’être sanctionné arbitrairement  et  a fait l’objet d’une décision de fermeture définitive qui l’a d’ailleurs pousser à saisir officiellement les instances judiciaires pour revendiquer ses droits, situé en plein centre de ville d’Arzew. « De  Sidi Benyebka à Gdyel, en passant  par  le Cap Carbon et Sidi  Moussa, il n’y a pas une seule contrée à être épargnée par ce commerce illicite », soutient un quadragénaire tenant une boutique d’alcool au centre de la cité Emir AEK. » Ces commerçants exercent en toute quiétude et nous font une concurrence déloyale », s’offusque-t-il. Et de soutenir que des commerçants dûment inscrits au registre de commerce ont dû abandonner leur activité ou verser dans l’informel pour se soustraire, eux aussi, aux pressions fiscales. D’aucuns parmi les opérateurs, qui ont pignon sur rue dans la ville d’Arzew, estiment que la politique de prohibition menée, depuis une dizaine d’années, par les pouvoirs publics, de même que le régime fiscale auquel est assujetti ce commerce, sont pour beaucoup dans l’émergence du marché noir, qui n’en finit pas d’essaimer. « Il ne faut pas perdre de vue qu’en sus du fait qu’il échappe à la morale publique, ce commerce est un lieu de prédilection pour la criminalité », déclare un intervenant dans la filière. Ainsi, doucement mais sûrement, la filière des boissons alcoolisées s’enlise dans la sphère informelle.  Ce commerce underground est autant une niche spéculative pour les barons de l’informel qu’un filon générateur de gros sous pour les intervenants placés au bout de la chaîne. Le manque à gagner pour le trésor public est, naturellement, incommensurable. 
 

Medjadji H
Mercredi 16 Janvier 2013 - 00:00
Lu 230 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+