REFLEXION

ARZEW, CAPITALE DES BIDONVILLES : Plus de 1000 habitations illicites

Très réputée par sa vocation industrielle et pétrochimique, la ville d’Arzew phare d’Algérie s’est clochardisée en un laps de temps pour devenir la ville la plus agressée par l’implantation des constructions illicites dans les grandes agglomérations.



ARZEW, CAPITALE DES BIDONVILLES : Plus de 1000 habitations illicites
A l’image de la côte balnéaire du Cap Carbon où plus de 500 constructions illicites ont été érigées dans la forêt de Sidi Moussa, où plusieurs citoyens de toutes les contrées ont choisi cet endroit splendide et panoramique pour construire avec de la pierre taillée des maisons de fortune et d’autres en tôles et en zinc, ont complètement défiguré le site panoramique de cette meilleure côte balnéaire et ce, au su et au vu de tous les responsables et élus locaux de cette commune qui campent sur leur position pour des motifs bien connus puisque bon nombre de ces occupants des lieux sont en possession de contrats de location dûment signés par l’actuel P/APC Ayachi Mokhtar et pour en savoir plus sur ce phénomène des constructions illicites et agressions des terres agricoles et des forêts qui ont été squattés par des énergumènes, nous nous sommes déplacés sur les lieux en compagnie de notre photographe, dans le cadre d’une visite d’enquête sur ce phénomène des bidons qui vient de prendre de l’ampleur dans cette deuxième ville de la wilaya d’Oran, mais surtout pour constater et prendre acte des faits des implantations des différents bidons villes qui poussent comme des champignons, et aucune citée n’a été épargnée par ce phénomène qui vient de prendre de plus en plus de l’ampleur dans une commune riche d’Algérie. Ainsi nous sommes surpris et même étonnés de ces détournements des terrains qui viennent d’être squattés par des citoyens des villages du territoire national dans des nouvelles cités à grande agglomération à l’exemple de la citée Ahmed Zabana pas loin du domicile du maire, où l’on constate plus de 50 bâtisses illicites tout au long de la grand artère de cette immense cité considérée comme étant la meilleure dans la commune d’Arzew, de par son implantation sur un site panoramique, mais aussi par son architecturale qui a été conçu et réalisé par des Yougoslaves durant les année 90. Mais le dernier site visité celui de Hai Gourine, relevant du village d’El Mohgoun, où plus de 700 constructions illicites sont érigées en parpaings et zinc collés les uns sur les autres, avec des câbles électriques suspendus en l’air, branchés illicitement à partir des poteaux électriques de l’éclairage public. Concernant le deuxième phénomène celui des détournement des terrains appartenant à la commune, l’on relève la construction illicite de deux villas de fortune appartenant au directeur des équipements pour le premier et du chef du service du patrimoine pour le second qui ont lancé leur dévolu dans un parc bien communal pour construire des villas de fortune sans aucune autorisation ni encore moins une délibération des membres de cette collectivité locale qui enregistre le plus grand nombre des bidons est devenue par le temps, « une Ville Capitale des bidons villes à l’échelle nationale ».

Medjadji.H
Samedi 28 Mai 2011 - 11:43
Lu 882 fois
Oran
               Partager Partager


1.Posté par haouari le 07/06/2012 15:39
7 juin 2012;Bonjour,
Voilà, je suis un citoyen de la ville d’Arzew et je viens de lire l’article intitulé « ARZEW, CAPITALE DES BIDONVILLES : Plus de 1000 habitations illicites » apparu le Samedi 28 Mai 2011, écrit par Medjadji.H ; et dans le même contexte je voudrais vous exposez un autre phénomène aussi dangereux que la construction des habitats illicites à Cap Carbon et d’autres quartiers de la ville d’Arzew ; c’est la non délivrance du permis de construire à des propriétaires de terrains actés (actes notariés) par le service technique de l’APC, ceci dans le coté sud-ouest du cimetière d’Arzew ( les anciens terrains dits de Bazar qui vient d’être vendus à des citoyens honnêtes qui ne cherchent qu’à construire la maison de leur vie). Il faut savoir que ces terrains appartiennent au tissu urbain de la ville d’Arzew, il n’y pas de limite naturelle qui fait qu’ils n’appartiennent pas au P.D.A.U de cette ville et de ce fait il n’existe pas une raison valable qui stipule la non délivrance des permis de construire à ces propriétaires, qui commencent à construire dans l’inégalité et bien sûr ils sont interrompus sans arrêt par la police. Alors que la responsabilité de l’APC est de servir ses citoyens et de leur accommoder toutes les facilités et les viabilisations telles que assainissement - A.E.P- électricité-….etc, dans les limites des lois et de la morale, bien évidement.
Alors, d’un coté, les services concernés de L‘APC d’Arzew laissent pousser ces bidons villes un peut partout dans cette belle ville sans rien dire laissant la parole au plus fort. D’un autre coté, elle ne fait rien pour faciliter ou accorder les permis de construire à des propriétaires légaux, qui sont en plus harcelés sans arrêt par les services de la police. De cette façon elle laisse aussi s’installer une forme de malfaisance obligée. Ceci dit c’est à se demander qu’est ce que fait cette APC pour ses citoyens ?!!!!!!

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+