REFLEXION

APW DE MOSTAGANEM : La vérité sort de la bouche des enfants



APW DE MOSTAGANEM : La vérité sort de la bouche des enfants
Pour son 40ème anniversaire, l’Assemblée Populaire de la wilaya de Mostaganem présidée par Mr Soltani El-Ghali a eu l’aimable geste de tenir en son sein, une intéressante session destinée à une APW « spécial enfant ». Circonstance qui est venue traduire à l’endroit de l’exécutif ainsi qu’à l’assemblée, les réelles préoccupations de l’enfance.

C’est la crème des écoles de Mostaganem triée parmi les excellents à travers l’ensemble des 32 communes, qui avait honneur à siéger en l’espace d’une après midi, au lieu et à la place de leurs ainés et vétérans de l’APW. Occasion qui fera ressortir une vérité d’un contraste qui en dit peut être long sur la non égalité des chances entre les deux sexes : l’APW de Mostaganem qui n’enferme qu’une minime représentativité féminine de quatre élues sur les 39 sièges, ne reflète point le cas de la génération montante. A l’âge ou les gamines se permettent de profiter des bancs de l’école au même titre que les garçons, avant d’être vues comme une menace sur l’honneur de la famille notamment dans la campagne ; la gente féminine semble à bien des égards briller d’une assiduité scolaire sans égal devant les garçons. Du moins, l’élection basée sur le rendement à l’école qu’a vue la désignation des petits élus tous paliers confondus, a donné raison à une majorité féminine bien écrasante même si la présidence est revenu tout de même à un garçon.Ainsi, après la bienvenue souhaitée aux bambins par le P/APW et la lecture de la lettre du Président de la République qui leur a destinés à l’occasion, place fût à l’appel qui a vu le quorum atteint. Secondé par Latrach Dalila et Zakaria Ladjal, la présidence accordée au brillant Ilies Sahil, la session extraordinaire verra une allocution qui fera certainement des jaloux parmi nos grands élus. En effet, c’est dans un arabe classique excellemment soutenu que débuteront des débats marqués par la force de vérité, de franchise et de perspicacité sans ambages. A ce titre d’ailleurs, les enfants qui méconnaissent la langue des chiffres et qui ne font aucunement dans la langue du bois, n’iront pas par plusieurs chemins pour mettre le doigt sur des sujets d’acuité. Le tourisme, fût le premier sujet concerné, suite à l’intervention d’une petite élue qui releva avec ses mots simple, l’absence de marketing pour faire valoir les atouts dont recèle le département de Mostaganem. L’une des premières wilayas de l’Oranie, la demoiselle s’est aussi interrogé sur ce fait que la coquette Mosta s’appauvrit toujours à un parc d’attraction. C’est tout comme le sujet « des espaces verts qui sont en danger à Stidia », relèvera la petite Jaroum de la même ville. Elle s’est certainement inspirée à la vue d’une petite forêt mitoyenne à deux écoles primaires à la merci de riverains y jetant leurs détritus de construction, relevant un peu loin l’emplacement de la décharge publique non loin de l’agglomération urbaine.

Le ramassage, le chauffage et l’exigüité

D’ailleurs, « pourquoi les collectivités ne placent pas des poubelles dans les parages des écoles ? » s’interrogea une autre élue. Une homologue à elle, est intervenue en dénonçant dans l’art et la manière le chien dent du ramassage scolaire que doivent supporter les élèves entassés dans des bus qui ne répondent généralement ni aux normes ni à la dignité. Et « en classe, nous nous sentons plutôt dans un hammam et non pas dans une école », dira encore une autre pour mettre en exergue l’exigüité que connait pas mal d’établissements notamment à l’est de la wilaya. L’électricité qui fait sérieusement défaut dans l’ensemble de la wilaya en automne et en hiver, tout come durant le printemps et l’été, n’a pas été épargné par la remarque d’une élue qui a axé sa parole quant aux désagréments vécus à cause de l’incapacité de la Sonelgaz dont en particulier la restreinte de leur temps pour la révision. L’élue de Tedles s’est pour sa part a relevé l’état caduc de la santé, « avec un médecin présent un sur sept jours pour toute la commune ». L’absence de chauffage dans pas mal d’établissements, le désert d’animation culturelle, et le retrait caractérisé des régions de l’est de la wilaya ont été les autres principaux sujets débattus par les enfants. L’exemple de la représentante de la commune de Tazgait qui résumera la situation catastrophiquement déshéritée de son village comme étant « un village au bout et effacé de la carte du monde ». Pour enfin revenir aux officiels, c’est madame le wali qui répondra aux observations des élus enfants. D’abord elle fera part aux enfants qu’un parc d’attraction est en étude pour être réalisé dans la région de Kharouba, à l’est du chef lieu de la wilaya. C’est beau, mais c’est un manège qu’auraient souhaité les mômes. La responsable de la wilaya sera d’accord et partagera uniquement le point de vue de l’élue ayant ouvert une brèche relative aux espaces verts. Elle exhortera d’ailleurs les élus à plus d’intérêt à la verdure, mais non sans faire la remarque aux élus occasionnels sur la mauvaise mainmise d’autres enfants diaboliques arrachant tout ce qui est planté. Peut être qu’il faut commencer à mettre en demeure pas mal de bonnets piétinant sur ces espaces pour donner le bon exemple. Quant à la décharge de Stidia, « elle sera prochainement délocalisé dans la région de Mameche pour incinération dans un centre d’enfouissement dont les travaux débuteront incessamment ». Qaunt à la densité scolaire, la wali fera également éloge de la politique que connait l’école algérienne pour parler d’un taux moyen de 28 élèves par classe dans le primaire et de 25 dans le lycée. Ce qui n’est pas tout de même le cas du CEM avec une moyenne de 35 par classe. Brièvement au sujet de la Sonelgaz, la responsable fera ressortir l’investissement que suit l’entreprise autonome pour une meilleure couverture. Le ramassage scolaire tout comme le chauffage, sont aussi plaidés par le wali qui plaidera l’argent alloué par la wilaya et les dons du Ministère de solidarité. Et c’est la remarque de la petite élue de Tazgait qui ne recevra aucunement l’enchantement de madame la wali parlant d’un développement au même titre que tous les autres régions de la circonscription. Une remarque que peut être ni la petite élue ni d’ailleurs les grands ne partageront lorsque les sujets intéressés habitent dans ce bout de monde qui est d’abord déshérité par son enclavement avant de parler d’autres aspects de la vie contemporaine quant même le fil d’internet n’y existe pas.

B. Abderrahmane
Mardi 26 Mai 2009 - 23:35
Lu 615 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+