REFLEXION

APRES QUE LEURS BARAQUES AIENT PRIS FEU : Les habitants du "TIFIS" manifestent

Hier, un incendie s’est déclaré au niveau du bidonville « Tifis », où prés de 80 baraques ont été ravagées par le feu. Dans certaines de ces baraques se trouvaient des enfants, laissés par leurs mères qui travaillaient au moment du sinistre. Les sapeurs pompiers ont du fracassé les cadenas pour dégager les enfants.



APRES QUE LEURS BARAQUES AIENT PRIS FEU : Les habitants du "TIFIS" manifestent
De leur coté les habitants n’ont pas facilité la tache des éléments de la protection civile. En effet, ils se sont organisés pour empêcher les pompiers d’accomplir leur mission, ce qui a contribué à la propagation du feu vers d’autres baraques, une résistance de la part de certains jeunes qui a fait deux blessés du coté des sapeurs pompiers. Les habitants n’ont pas baissé les bras et ils se sont diriger en groupes vers le siège de l’APC situé au centre ville pour demander des logements sociaux. Une centaine de jeunes ont assiégé la place de la mairie et cette situation a faillit tourner à l’émeute. Suite à cela une mesure d’urgence a été prise par les autorités locales qui consiste en premier lieu de mettre à disposition des sinistrés 75 tentes et des matelas. De leur coté, les autorités locales se sont rendus au bidonville en question à leur tête le chef de cabinet du wali pour s’enquérir de la situation. Il est à signaler, que ce dernier était seul au milieu de la foule au moment où les maires et les responsables concernés étaient introuvables. Le wali de la wilaya de Mostaganem a pour sa part donné un ultimatum aux services concernés « jeudi prochain »pour trouver une solution finale pour ces citoyens. L’après midi était chaud, aux environs de 13h, plusieurs membres de la police anti-émeute avaient bouclé la place de la mairie et ses alentours pour parer à tout dérapage, plusieurs jeunes et quelques femmes avaient déjà assiégé l’entrée de l’APC, pour eux pas question de bouger de là tant que leur situation n’aura pas été réglée une bonne fois pour toute. Cette montée de tension est due à l’incendie qui a ravagé lors de la même journée entre 10h et midi une centaine de baraques au niveau du bidonville en question, situé à Debdaba. On ne signale aucun dépassement et cela grâce aux sages du bidonville, qui ont su gérer la situation mais aussi au tact des policiers, qui ont été très souples et ont usé de toute leur expérience. Le chef de la sureté locale était présent sur place avec plusieurs autres officiers, ainsi que le chef du cabinet. Certains jeunes qui étaient à bout de nerfs, ont été raisonnés par leurs compères pour qu’il n’y ait aucun usage de la violence. Certains ont même exigé la présence du wali. Il faut le rappeler que le problème du bidonville »Tiffus » n’a pas été géré d’une façon adéquate par l’ex wali et ses collaborateurs car il a été décidé que chaque chef de daïra et maire à travers les 32 communes doit prendre en charge les familles originaires de sa commune et les relogés selon ses moyens. Cependant, seule la commune de kheireddine, a assuré des logements pour ses citoyens qui vivaient dans ce bidonville. Cette négligence de la part des ex-et actuels chef de daïras s’est répercutée négativement sur la stabilité de cette région déshéritée. Et actuellement c’est le wali Hocine Ouadah qui paye la facture de ses prédécesseurs. Enfin, après une visite sur les lieux du sinistre, certaines familles étaient en train de récupérer ce qui pouvait l’être au milieu d’un tas de cendres, alors que d’autres ont tout perdu, ni maison (baraque), ni de quoi manger, une vieille femme assise sur des bouteilles en gaz nous dira ceci : « voila ce qui me reste, heureusement qu’elles n’ont pas explosé » avant de rajouter : « j’aurais mieux fait peut être de les laisser et de sauter avec, au moins j’aurais mis fin à des années de souffrance… » Avec un ton coléreux et des yeux en larmes. Voici un aperçu sur l’état d’esprit de certaines familles du bidonville.

Mihoub
Mardi 19 Juillet 2011 - 09:21
Lu 482 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+