REFLEXION

APRES QUE LA POLICE AIT MIS FIN A L’ANARCHIE : Les habitants de la place Du Barail, soulagés

Les habitants de la place Du Barail par l’intermédiaire du président du comité de quartier, ont tenu à nous faire part de leur soulagement après que les éléments de la sureté de wilaya ont mis fin à l’anarchie qui régnait au niveau de cette place, qui rappelons le a été prise d’assaut par des individus venants des différents quartiers de la ville afin d’y vendre toutes sortes de produits et notamment du pain.



APRES QUE LA POLICE AIT MIS FIN A L’ANARCHIE : Les habitants de la place Du Barail, soulagés
Cette situation a fait le bonheur de certains malfrats qui ont sauté sur l’opportunité pour vendre des produits prohibés et notamment de la drogue. Les voleurs ont eux aussi trouvé leur compte dans cette anarchie, puisque les vols de portables se sont multipliés à cet endroit. Les automobilistes n’ont pas le choix et sont obligés d’emprunter cet endroit pour se rendre à différents quartiers de la ville. Malgré cela, beaucoup reste à faire au centre ville de Mostaganem, qui est devenu un grand souk au quotidien, les trottoirs sont pratiquement tous squattés et cela provoque souvent des altercations entre des individus qui considèrent déjà les endroits comme des biens personnels, plus la situation va durer, plus ce sera difficile de les déloger, malgré les solutions proposées par les responsables locaux et notamment les locaux commerciaux construits du coté du quartier « Tobana », certains commerçants informels, ont carrément refusé de libérer les trottoirs et continuent à imposer leur dictat. Les locaux en question sont soit fermés où bien, ils servent de refuge à certains délinquants. Certains habitants du quartier nous ont déclaré que beaucoup de jeunes passent des heures dans ses locaux à l’abandon et qui pour la plupart sont accessibles, ils y consomment de la drogue et de l’alcool, la prostitution a fait aussi son apparition dans ce quartier, qui a toujours été associé à ce fléau et certains habitants avaient cru, qu’ils en avaient fini avec ce genre de comportement avec la fermeture des maisons closes malheureusement, le phénomène reprend plus qu’avant et échappe à tout contrôle. Dieu seul sait les retombées de ce phénomène d’ici quelques années puisque des maladies comme le Sida se propagent à une vitesse vertigineuse devant le silence de certains responsables et associations, qui ne veulent toujours pas brisé le tabou, alors que pour ce qui est du nombre d’enfants nés sous « x », tout le monde fait la sourde oreille et beaucoup pensent qu’avec la construction des centres d’accueils, le problème est pris en charge. D’ici quelques temps, il faudrait s’attendre à une hausse du taux de criminalité et la situation qu’on vient d’atteindre est due aux mêmes causes et la grande tolérance dont on fait part les services concernés à l’époque et voila où en est la situation actuellement, à quand une vraie réaction ?

Mihoub
Lundi 29 Août 2011 - 10:53
Lu 585 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+