REFLEXION

APRES LES PHARMACIENS ET LES MEDECINS GENERALISTES : La carte Chiffa chez les opticiens

A l’instar des pharmaciens et des médecins généralistes, la carte Chiffa se généralise peu à peu, en ciblant cette fois-ci les opticiens, et comme nous l’avons déjà souligné dans nos précédentes éditions, cette carte qui a été instaurée par le Ministère du travail et de la sécurité sociale avantage les assurés sociaux, ainsi que certaines couches sociales.



Effectivement, cette carte sert également à la prise en charge sanitaire et d’approvisionnement en produits pharmaceutiques des assurés sociaux à travers la conclusion de conventions avec les officines pharmaceutiques et des médecins généralistes pour les consultations, l’opération cible actuellement les opticiens. Sur ce plan, il faut noter que la wilaya d’Oran dispose bien d’opticiens qui sont bel et bien  conventionnés à la CNAS dont pour certains depuis le lancement de cette opération qui, aujourd’hui, fera diront certains «c’est une montagne qui a accouché d’une souris». Et pour cause, un citoyen détenteur d’une carte Chiffa, après avoir fait passer à sa petite fille scolarisée un examen médical de contrôle chez un ophtalmologue, et muni d’une ordonnance s’est dirigé vers un opticien conventionné pour changer les lunettes de sa fille. Et quelle fut sa mauvaise surprise lorsque cet opticien lui dira que «certes, il est conventionné avec la CNAS et que le nouveau système informatique lui a été installé il y a une année mais malheureusement, il n’a jamais fonctionné depuis». Prenant son mal en patience, ce père de famille est parti voir un autre opticien conventionné qui lui a fait la même remarque en lui ajoutant que «j’ai fais plusieurs réclamations au service concerné qui se trouve à la direction de la wilaya. Mais ces réclamations sont restées lettres mortes». Un laisser-aller qui pénalise lourdement les assurés sociaux et notamment leurs ayants-droit et leurs enfants scolarisés qui ont droit à la gratuité des lunettes. Et l’on sait tous qu’un enfant qui voit mal, rencontre des difficultés pour suivre les cours en classe et pour lire au tableau. Une irresponsabilité qui peut être également à l’origine d’une cécité de la vue. Et pour éviter le pire à sa fille, ce père de famille a été obligé de payer les frais des lunettes alors que sa carte Chiffa lui ouvre le droit à la gratuité des lunettes pour sa petite fille scolarisée, comme le stipule la convention élaborée par le ministère compétent.

Medjadji H.
Lundi 1 Septembre 2014 - 17:59
Lu 183 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+