REFLEXION

APRES LES MENACES DE NAGUIB SAWIRIS : Benhamadi : "Notre position ne sera pas modifiée" dans le dossier Djezzy



Malgré les menaces de Naguib Sawiris de recourir à l’arbitrage international, le gouvernement algérien n’entend pas changer sa position dans le dossier Djezzy. Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des technologies de l’information et de la communication, l’a réaffirmé dimanche 14 novembre devant des journalistes à l’APN: « notre position n’a pas changé et elle ne sera pas modifiée». Comprendre : le processus de nationalisation se poursuivra selon les modalités et le rythme choisis par le gouvernement algérien. M. Benhamadi répondait à une question sur les dernières déclarations de Naguib Sawiris, propriétaire d’Orascom Telecom Holding (OTH), évoquant un recours à l’arbitrage international « sans préavis». Selon M. Benhamadi, cette déclaration du patron égyptien était destinée à rassurer les clients et les actionnaires d’Orascom Telecom. OTH ira en arbitrage international contre l’Algérie si aucune solution amiable n’est trouvée au dossier Djezzy, a en effet affirmé le 9 novembre lors d’une conférence publique à Dubaï (Emirats arabes unis), Naguib Sawiris. Il confirmait ainsi les menaces contenues dans sa lettre adressée le 2 novembre dernier au premier ministre Ahmed Ouyahia. Dans cette lettre, Naguib Sawiris donnait au gouvernement deux choix. Le premier : payer 7,8 milliards de dollars pour s’emparer de Djezzy au nom du droit de préemption, et le deuxième : aller devant un tribunal d’arbitrage international pour définir le prix d’une « expropriation», selon les termes du groupe égyptien. A Dubaï, Naguib Sawiris s’est dit prêt à négocier avec le gouvernement algérien, sans préciser sur quels éléments. Il a expliqué que l’arbitrage international constituait un « ultime recours ». Mais pour lui, Djezzy ne sera pas vendu au-dessous de 7,8 milliards de dollars. «Vous pensez que vous allez baisser la valeur et vous emparer de (Djezzy). Cela ne se produira pas», a-t-il dit en conférence. Le gouvernement algérien devrait choisir une banque d’affaires ou un cabinet conseil à la fin du mois pour l’accompagner dans le processus de nationalisation de Djezzy. Selon les estimations de M. Benhamadi, le processus de rachat de Djezzy devrait être conclu au premier semestre de l’année 2011. Un délai jugé trop long par les actionnaires d’Orascom Telecom Holding.

Yacine
Dimanche 14 Novembre 2010 - 22:01
Lu 325 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+