REFLEXION

APRES LA MISE EN PLACE D’UN SERVICE D’ONCOLOGIE A MOSTAGANEM : À quand un appareil de Radiothérapie pour les cancéreux

Est-ce qu’un jour quelqu’un indemne de toutes maladies s’est demandé comment sont traités les malades cancéreux de notre ville, et quelles sont les entraves que rencontrent les patients et les spécialistes qui suivent de très près la maladie du cancer et ses évolutions, et comment est pris en charge le patient confronté à une pathologie parfois incurable, et qui sollicite l’acquisition d’un appareil de « Radiothérapie » dont l’urgence est signalée.



Sincèrement, les cancéreux de la wilaya de Mostaganem trouvent des difficultés énormes pour suivre les séances de Radiothérapie obligés de se déplacer, la plupart du temps à Oran ; déjà très saturée par les fortes demandes de presque toutes les contrées Oranaises auxquelles s’ajoutent les wilayas limitrophes, ce qui provoque un retard énorme dans la prise en charge des malades, qui doivent être   programmés  le plus souvent à des dates qui ne peuvent concorder avec le protocole des séances de Radiothérapie décidées par le cancérologue. Cette chimiothérapie adjuvante renforce le traitement principal de la « Chimiothérapie »  qui est  souvent associé au traitement après  une ablation du sein ou tout autre acte chirurgical relatif au cancer ou à la tumeur, son rôle est déterminant, il peut prévenir des métastases éventuelles et éradiquer la prolifération des cellules cancéreuses, etc.. Tous les spécialistes et médecins en savent beaucoup sur l’importance capitale de cet appareil qui contribue à sauver des vies, si nécessaire, c’est pourquoi beaucoup de patients en détresse pénalisés par ces soins, ont sollicité notre rédaction pour crier leur désarroi par le biais de notre journal, qui n’a jamais hésité à rendre service et se manifester du côté des plus démunis vivant très souvent  une situation précaire et misérable  et qui ne peuvent se permettre  de traiter  les soins les plus  bénins, telle  la grippe etc... Cet appel est lancé aux associations en particulier qui œuvrent sans cesse sans discontinuer pour trouver le moyen le plus adéquat et le plus adaptable à la prise en charge de ces victimes dont la plupart sont en sursis ou attendent dans le couloir de la mort, la fin de leur calvaire et de leur souffrance. Ensuite tout le monde doit s’impliquer pour porter secours à cette catégorie de malades dont une  majeure partie est condamnée, si  on insiste  sur le mot condamnation c’est en connaissance de cause , c’est pour attirer l’attention de tout le monde que nul ne peut être infaillible et n’est à l’abri de ce mal dévastateur qui fait des ravages au sein de nos communautés . Nous espérons une mobilisation de tous et une solidarité afin de vaincre ce fléau qui se dégénère de jour en jour, même l’Etat est mobilisé pour cette lutte sans merci.       

B.Adda
Mardi 17 Septembre 2013 - 22:00
Lu 162 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+