REFLEXION

APRES LA DERNIERE SORTIE MEDIATIQUE : L’association « Sos Disparus » réclame toujours la vérité



APRES LA DERNIERE SORTIE MEDIATIQUE : L’association « Sos Disparus » réclame toujours la vérité
«Sos disparus» réclame toujours la vérité sur les disparus durant les années 1990 en Algérie. Cette association a répondu ainsi dans un communiqué reçu, mardi 23 mars, par TSA aux déclarations du président de la Commission nationale des droits de l’Homme Farouk Ksentini le 18 mars au Forum El Moudjahid. M. Ksentini avait affirmé que «la demande de vérité des familles des disparus est irréalisable en pratique», faute d’archives et de témoignages. SOS Disparus reproche au président de la CNCPPDH d’être le porte-parole du gouvernement en «osant conseiller aux familles de tourner la page». Cette association affirme que les archives «existent dans les gendarmeries, les commissariats, les tribunaux, les ministères». En 2007, la CNCPPDH indiquait dans un rapport que «le chiffre de 7.200 disparus, fourni par la gendarmerie nationale est le plus fiable». «Ce qui prouve bien que l’Etat détient des informations sur les disparus», ajoute-t-elle. Sos disparus affirme aussi disposer «de plusieurs milliers de témoignages décrivant les circonstances et de noms des responsables de l’arrestation, de noms de témoins, de lieux de détention, de moyens de procéder et de faire disparaître». «En 2004, Sos Disparus avait remis à la CNCPPDH une série de dossiers extrêment circonstanciés, citant des témoins, reprenant le nom d’agents ayant procédé aux arrestations et toutes les démarches effectuées devant la justice», ajoute l’association. SOS Disparus s’interroge si l’Etat «met effectivement en œuvre tous les moyens légaux qui sont à sa disposition pour localiser les personnes disparues, comme il est censé le faire en vertu de l’ordonnance portant application de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale». «L’Etat algérien a délivré des milliers de constats de disparition sans que la famille n‘ait été associée aux supposées recherches et sans qu’un seul disparu n’ait été retrouvé, ce qui amène à dire que les investigations les plus élémentaires n’ont pas eu lieu», regrette Sos Disparus.

Yassine
Mercredi 24 Mars 2010 - 23:01
Lu 896 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+