REFLEXION

APRES L’ERADICATION DES MARCHES INFORMELS : Le recasement promis tarde à se concrétiser

Si au centre-ville et dans les communes environnantes d’Oran, les vendeurs à la sauvette ne sont plus qu’un mauvais souvenir pour les citoyens qui trouvaient toutes les peines du monde pour se déplacer, force est d’admettre que les promesses faites aux commerçants ciblés, de les recaser ailleurs, n’ont pas toutes été honorées.



Les commerçants du marché de la rue de la cité « point du jour », pour ne prendre que cet exemple, ont été recensés et leurs dossiers devaient être étudiés au cas par cas, en vue de bénéficier de nouveaux commerces dans des lieux aménagés. L’on se rappelle que le premier  ministre, Abdelmalek Sellal, avait proposé la mise en place des marchés de proximité. Pour sa part, le ministre de l’intérieur, Ould Kablia, avait annoncé la création de 534 marchés de proximité de type ‘’parisien’’ à travers le territoire national. Mais si cette décision a été prise dans la hâte, il y a lieu de s’inquiéter du sort des commerçants dont la plupart ont une famille à nourrir. Aujourd’hui, des milliers de commerçants informels ne savent plus quoi faire, ni à quel saint se vouer et réclament des solutions. Sans travail et face à la cherté de la vie, certains de ces commerçants ayant vu leurs « baraques» disparaître, nourrissent aujourd’hui un sentiment de frustration. Ils craignent de voir leurs dossiers rejetés pour le motif qu’ils ne résident pas dans la capitale. Quel est donc le sort réservé à ceux qui n’habitent pas la commune ? Selon le responsable chargé du recensement des commerçants touchés par cette opération : « C’est la commission qui va trancher ». Une raison pour faire naître chez les commerçants le sentiment d’avoir été floués : « Cela fait plus de sept ans que je viens à Medina Djedida pour vendre ma marchandise et aujourd’hui je ne sais plus quoi faire. La région où j’habite n’est pas aussi peuplée, c’est ici que je trouve mon gagne-pain », a indiqué Mohamed, jeune vendeur illicite, venu de Hassi Bounif. « Je pense que nous habitons tous Oran», a souligné son compagnon de Hassi  Benarba. Des jeunes viennent aussi, chaque matin, d’Arzew, Gdyel et Es Sénia. Ils sont dans l’embarras : « Je peux vous affirmer que des milliers de vendeurs habitent dans des hôtels, des dortoirs ou dans des hammams », a indiqué un autre vendeur. « Je ne sais vraiment plus quoi faire, je dois absolument me débrouiller un certificat de résidence à  Maraval pour espérer une petite table légale à Oran», souligne Hamid, venu de  Sig. « Quitte à l’acheter », dira un autre marchand qui vient de  Gdyel, «J’estime que cette mesure amplifie l’esprit du régionalisme dans la wilaya d’Oran. Le certificat de résidence n’est nullement une entrave pour nous. Nous connaissons, tous, des employés qui travaillent dans des APC, et certains d’entre nous connaissent même plusieurs maires », a indiqué un autre vendeur. Pour lui, on encourage les gens à aller vers la corruption et la confrontation entre les oranais et les non-résidents de la capitale de l’ouest  El Bahia. Depuis que l’opération fut achevée et que les trottoirs ont repris leur vocation originelle, les services de l’APC  ont envoyé des convocations. Sur place, il est demandé à ces derniers de fournir des dossiers et de patienter. Mais pour le moment, rien n’a été fait.  
 

Medjadji. H
Mercredi 19 Décembre 2012 - 00:00
Lu 154 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+