REFLEXION

APRES AVOIR ETE ADMIS A UN CONCOURS A TISSEMSILT : Huit candidats privés de leurs postes

Huit personnes ayant réussi avec brio les examens écrits et oraux d’un concours organisé à l’institut islamique des cadres religieux de Relizane par la direction des affaires religieuses et des wakfs de Tissemsilt aux mois de janvier et février de l’année en cours ont une nouvelle fois interpellé cette semaine les responsables du secteur et ceux de la direction de la fonction publique pour la prise en charge effective de leur revendication.



APRES AVOIR ETE ADMIS A UN CONCOURS A TISSEMSILT : Huit candidats privés de leurs postes
A travers des requêtes adressées aux concernés dont nous disposons de copies, les candidats aux postes d’emploi qui ont pris part à ce concours ont réaffirmé leur attachement à leurs droits aux postes de travail surtout qu’ils vivent depuis dans le dénouement total, ces malheureux futur enseignants du Coran et muezzins expliquent qu’après l’affichage des résultats définitifs et leur approbation par l’inspection de la fonction publique de Tissemsilt, ils ont pris attache avec la direction des affaires religieuses pour éventuellement parafer les formalités administratives, mais à leur grande surprise, le directeur du secteur les renvoya au ministère, ce dernier, précise t- on les a informés par le directeur des examens que le concours a été organisé par la direction locale et le ministère n’a rien à voir et par conséquent, les résultats sont annulés cependant ajoutent ces malheureux, le même concours a été organisé dans la même période aux quatre coins du pays dont celui à Constantine et dont les admis sont aujourd’hui en poste, et devant cette situation pas très ordinaire, ils se sont interrogés, comment pouvait-on organiser un concours de recrutement par une direction de wilaya sans qu’elle soit au préalable informée par la tutelle ? Peut-on organiser un concours sans que les postes budgétaires ne leur soient affectés ? L’inspection de la fonction publique peut-elle valider les résultats d’un concours s’ils ne sont pas conformes aux règlements ? Toutes ces questions n’ont jusqu’à maintenant pas trouvé de réponse et chaque responsable jette leur sort sur un autre. Enfin, ces huit personnes qui se sentent victimes d’une bureaucratie aberrante, précisent qu’ils sont prêts à aller jusqu’au bout et la possibilité d’une grève ou d’un sit-in ne sont pas à écarter dans le futur, ils réaffirment le souhait de voir les parties concernées prendre ce problème en charge et les rétablir dans leurs droits avant la fin de cette année, eux qui bouclent déjà douze mois d’attente lassante.

A. Ould El Hadri
Mercredi 22 Décembre 2010 - 10:59
Lu 321 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+