REFLEXION

APRES 112 JOURS DE GREVE : Les blouses blanches gèlent leur grève

Le collectif autonome des médecins résidents a décidé avant-hier de geler la grève illimitée entamée le 28 mars dernier. Ce sont les termes du communiqué rendu public ce jeudi par le collectif via facebook.



APRES 112 JOURS DE GREVE :  Les blouses  blanches gèlent  leur grève
Une pause en attendant la publication du statut. Les médecins en spécialisation, Les médecins résidents, en grève illimitée depuis le 28 mars, ont annoncé jeudi une suspension de leur mouvement à partir de dimanche en attendant la promulgation de leur nouveau statut dans le journal officiel. Le mouvement de protestation aura duré 112 jours.« Après concertation de l'ensemble des médecins résidents au niveau national, nous avons décidé de geler momentanément la grève à partir du 17 juillet », a déclaré à l'AFP Marouane Sid Ali, un porte-parole du mouvement.« Un nouveau statut a été signé le 30 juin avec la tutelle (le ministère de la Santé).

En attendant toujours la publication du statut
Nous attendons sa publication au journal officiel en espérant qu'il ne sera pas modifié pour décider des suites de notre mouvement », a-t-il ajouté.« Ce n'est pas un renoncement à notre plateforme de revendication dont la principale est l'abrogation du service civil », a encore souligné le porte-parole. Le service civil oblige tout médecin qui achève six ans de spécialisation dans les hôpitaux à exercer entre deux et quatre ans dans les zones reculées du pays. Marouane Sid Ali a également indiqué que le président Bouteflika aborderait ce sujet avec le ministre de la Santé Djamel Ould Abbès durant les consultations traditionnelles de la période du ramadan, qui commence cette année le 1er août. M. Ould Abbès avait récemment indiqué que la décision de supprimer cette obligation ne dépendait pas de lui. Les quelque 8.000 médecins en spécialisation ont souvent accusé leur ministre de tutelle de n'avoir pas tenu ses promesses passées. M. Sid Ali n'a fourni aucune précision sur la réponse du ministre à leurs revendications salariales, pas plus qu'un communiqué du collectif envoyé à l'AFP jeudi.« Nos revendications ont été satisfaites en partie notamment en ce qui concerne le statut particulier et l'amorce de la réforme pédagogique. Pour l'abrogation du service civil, notre combat reste inchangé car elle représente l'intérêt supérieur du patient », lit-on dans ce texte. Ces médecins résidents veulent un statut qui intègre une revalorisation salariale, une réforme pédagogique de leur formation mais surtout l'abrogation du service civil. Face à l'échec des négociations, le ministre de la Santé, Ould Abbès avait saisi la justice qui avait déclaré cette grève « illégale ». Il a aussi décidé du gel de 100 jours de salaire. Depuis le 7 mars, les contestataires ont mené de nombreuses actions (manifestations et sit-in) surtout à Alger et se sont retrouvés confrontés de manière musclée à la police, avec des blessés dans leurs rangs. Près de 4 mois de grève, de nombreux sit-in ont été observés au niveau des hôpitaux, devant les ministères de la santé, de l’enseignement supérieur, de l’assemblée populaire nationale, de la présidence… Il y a eu même des sit-in nocturnes, des marches ardues à Alger, Oran et Tlemcen. Il y a eu escalade au point ou certains d’entre eux ont été poursuivis en justice, interpelés par les forces de l’ordre pour d’autres. Les médecins résidents notent que durant la grève, et bien que reconnaissant la légitimité de leur cause, plusieurs institutions n’ont pas été d’un grand apport pour influer sur les centres de décisions.

Yacine
Samedi 16 Juillet 2011 - 11:17
Lu 496 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+