REFLEXION

APC DE BECHAR : Des difficultés dans les rapports entre les citoyens et l’administration

A Bechar, la municipalité vient de se doter d’une nouvelle structure flambant neuve, a-t-on constaté sur place. En effet, ce nouveau site est destiné à l’amélioration de la qualité de la prestation de service, lié notamment à l’état civil.



Selon un vice président de l’APC, l’opération d’informatisation des activités courantes de la collectivité, vis-à-vis des administrés entreprise depuis longtemps, exige des locaux spacieux et bien adapté à ce nouveau mode de travail moderne d’une part, et d’autre part, la municipalité, doit suivre l’évolution et les changements qui s’opèrent en recourant à l’utilisation de l’outil informatique comme moyen contemporain lui permettant de se hisser au niveau des administrations modernes.  Il est à signaler que l’APC de Bechar dispose de cinq antennes administratives situées aux niveaux des grands quartiers populaires à travers cette ville, dont les tâches sont similaires à celles entreprises au niveau du siège principal de la municipalité, particulièrement dans le domaine de l’état civil. Cette mission de ces antennes administratives rentre dans le cadre du rapprochement de l’administration des administrés, dira-t-on. Contacté par nos soins, Mme Mousli chef de service d’état civil à l’hôtel de ville indiquera « Mes services ont passé plus de deux années dans l’informatisation et la mise à jour de l’état civil avec des moyens de bord limités. Maintenant, nous avons atteint notre objectif et tout l’état civil est informatisé. C’est fini donc la délivrance des pièces d’état civil avec  l’écriture manuelle, tout se fait par l’outil informatique. Ainsi, nous avons gagné du temps et réduit des erreurs d’inattention qui se produisaient auparavant  en recopiant manuellement sur des registres. », a relevé notre interlocutrice. Et de poursuivre également « La seule problématique qui demeure encore, c’est celle d’un bon encadrement au niveau des guichets de l’état civil. Les préposés au guichet sont généralement des jeunes sans formation administrative, issus pour la plupart des différents dispositifs d’emploi des jeunes, ANEM, filet social etc. L’état civil ce n’est pas une mince affaire, car il s’agit de la gestion administrative de chaque citoyen depuis sa naissance jusqu'à sa mort. » Et de conclure « Il est temps que les responsables concernés prennent au sérieux l’importance de ce service, et envisagent de le doter d’un personnel qualifié et apte à  faire face à la préoccupation des citoyens en matière de délivrance des pièces d’état civil, sans encombre. » Face à la montée en puissance du malaise administratif du en grande partie aux lenteurs bureaucratiques, il est devenu plus que nécessaire qu’une nouvelle réflexion soit portée sur le fonctionnement des collectivités locales. Ceci, pour mettre fin à la paralysie qu’elles connaissent et à la corruption qui mine certains responsables et préposés. En effet, à Bechar, ces derniers jours, le sujet de préoccupation du citoyen demeure « les problèmes subjectifs que lui posent certains agents administratifs dans le but de l’inciter à se plier à leur exigence. Celui ou celle qui refuse verra la demande d’un dossier ou d’un document administratif rejeté », ne cessent de se plaindre certains citoyens qui se disent écœurés  par cette situation. La satisfaction des administrés à l’égard de leur administration ne reste qu’un leurre. Cette forme de mépris, ajoutée à l’absence de confiance, fait que plusieurs citoyens voient en premier lieu dans les rouages administratifs, toutes les formes de corruption et de passe-droit, plutôt qu’un vrai service public institué par l’Etat au service du citoyen. En effet, le cas le plus illustratif, les différentes agences mises en place au niveau local dans le but  d’accompagner de jeunes chômeurs à créer leur propre emploi dans le cadre de l’investissement privé, qui sont depuis leur création en deçà  de leur objectif en matière de facilitation des tâches aux postulants qui affirment remplir les conditions requises  leur permettant de réaliser leurs projets par exemple. C’est dire au train où vont les choses, les rapports entre l’administration et ses administrés souffrent de nombreuses difficultés qu’on ne peut citer toutes dans un article de presse. Des  réformes en profondeur doivent être introduites afin de rendre l’appareil administratif plus adapté aux exigences  nouvelles, indiqueront plusieurs observateurs de la scène locale.     

Fendaoui Hadj
Samedi 22 Mars 2014 - 18:36
Lu 736 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+