REFLEXION

APC D’ORAN : REPLATRAGES RECURRENTS : Du matériel de ramassage d’ordures loué à des prix faramineux !



APC D’ORAN : REPLATRAGES RECURRENTS : Du matériel de ramassage d’ordures loué à des prix faramineux !
Au lieu d’acheter des camions neufs et de veiller à leur entretien, l’APC d’Oran serait aujourd’hui « contrainte » de louer le matériel de ramassage des ordures chez le privé. Avec le montant faramineux de trois millions par camion et par jour. Avec le chiffre effarant de cette facture de location, la solution préconisée accentuera sans doute le déficit financier de la commune toujours coincée par ses propres lacunes et paradoxes insurmontables. Cette mesure de location de matériel a été même accompagnée par une nouvelle opération de recrutement d’agents supplémentaires au service d’hygiène et de nettoiement pourtant connu pour sa pléthore de personnel souvent inactif en raison de l’immobilisation des camions de ramassages qui chaque année « tombent en panne » privant les uns après les autres. Une situation qui induit évidemment le besoin d’acheter encore une fois un nouveau matériel neuf et de procéder à la « vente aux enchères » du matériel en panne déclaré réformé ». En moins de vingt cinq ans, la commune oranaise a vécu pas moins de quatre fois ce type de scénario qui soulevait à chaque fois les mêmes interrogations douteuses sur la gestion de ces biens publics. On se souvient par exemple de ce scandaleux contrat d’achat de bennes-tasseuses sous dimensionnées par rapport aux besoins et aux caractéristiques techniques déclarées. Et sans oublier toutes les vieilles magouilles et anciennes dérives de gestion plus où moins connues du grand public semblent aujourd’hui peser lourdement sur la conduite des affaires municipales souvent pénalisées par cette ambiance de crainte, de suspicion et de méfiance collective, car malgré les apparences le climat au sein de la grande mairie oranaise reste encore marqué par des tensions et des conflits en sourdine attisés par des rancoeurs inavouées poussant « aux règlements de compte », entre acteurs déchus et leurs vieux privilèges et quelques nouveaux rentrants dans la salle des commandes municipales, la courtoisie de façade n’exclut pas les pièges et les coups bas propres aux querelles oranaises. A l’image des batailles pour la conquête de la Mouhafadha FLN ou du MCO local, le terrain municipal reste lui aussi propice aux conflits et aux guerres de clans insidieuses. La concurrence partisane et régionalisme résurgent et surtout la course aux prébendes et aux menus privilèges restent le moteur de ces agitations qui brisent les efforts et les initiatives visant à répondre aux préoccupations majeures et collectives. Fatalement le terrain des attentes sociales reste livré aux médiocres tâtonnements et replâtrages qui servent sur tout à gagner du temps pour éviter…. Le pire. Citons pour exemple cette curieuse initiative annoncée par les dirigeants du vieux CHUO visant à créer leur propre école de formation d’agents paramédicaux. Tandis que le nouveau EHU de l’USTO qui souffre d’un manque flagrant en personnel médical, reste cruellement paralysé par l’absence d’une telle structure de formation demandée depuis longtemps par plusieurs spécialistes. « Le vieux CHUO qui croule sou les charges d’un personnel en sur effectif veut se payer le luxe d’une école pour ses propres « besoins ». Pour résoudre ses problèmes de gestion des registres de l’état civil, la mairie d’Oran vient d’annoncer le transfert d’une partie du service dans les locaux situés dans l’enceinte du palais des expositions. Il se peut qu’une nouvelle ambiance proche de la foire puisse favoriser l’efficacité et la rigueur dans l’accomplissement d’une mission élémentaire. Mais pourquoi choisir l’EMEC et ne pas utiliser par exemple le vaste espace de l’ancien prisunic délaissé depuis les événements d’octobre 1988 surtout que selon nos informations concordantes l’ambitieux projet de création d’un grand centre culturel avec « un musée » d’art contemporain est à l’évidence hors de portée d’une municipalité en panne de camions de ramassages d’ordures. C’est de l’utopie !

N. Bentifour
Jeudi 16 Septembre 2010 - 00:01
Lu 293 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+