REFLEXION

ANNABA : Une octogénaire atrocement assassinée par des criminels



Les criminels n’ont pas volé une  quantité importante de bijoux, et ce n’est que vers  17H 3O, que la dépouille mortelle de la vielle femme, âgée de 80 ans, a été découverte par sa fille. Et le lendemain après la prière de Dohr,  la victime  été inhumée au cimetière de « Bouguentas » devant un panel de citoyens venus en force lui rendre un  dernier regard hommage. La victime « Kheira. A » est âgée de 80 ans, cette nonagénaire a été assassinée par un groupe inconnu de sanguinaires, qui l’ont égorgée à l’intérieur de son domicile, un crime ignoble qui a secoué les habitants de la cité « Lissountone » située en centre-ville d’Annaba, il s’est  déroulé avant-hier vers 17 H 30 de l’après-midi selon des sources concordantes. A son retour du travail, sa fille a découvert sa vieille mère gisant dans une mare de sang ; paniquée, elle ressorte et quitte la maison à toute vitesse pour donner l’alerte. Au reçu de l’information, les services de sécurité et ceux de la protection civile se sont déplacés en diligence vers les lieux du drame, lesquels ont évacué le corps ensanglanté de la victime vers la morgue de l’hôpital « d’Ibn Rochd ». Selon les témoignages de sa famille, la vielle femme a été terriblement égorgée, et violentée du fait que des enzymes ont été découverts sur son visage, de même que des coups de poignards ont été constatés sur le côté du rein, ce qui traduit la violence et la rage des meurtriers par lesquelles, la victime a été assassinée selon la même source. La nonagénaire habite à proximité du siège de la wilaya d’Annaba, une zone très sécurisée par la présence accrue de policiers, mais cela n’as pas suffi à décourager ces  criminels inconnus, sans âme et sans conscience, à venir en plein jour commettre un crime atroce à l’encontre d’une vieille femme, sans défense. Selon toujours les témoignages de la famille, la vielle femme est habituée à  n’ouvrir la porte à personne ; et ce n’est qu’après le départ de son petit-fils, âgé de 16 ans,  à l’école, que les criminels se sont infiltrés à l’intérieur de la maison pour commettre leur sale besogne. S’assurant que la victime était sans vie, les tueurs se sont emparés à la hâte de quelques bijoux, sans pour autant se rendre compte ou avoir le moindre  temps pour  se diriger vers le coffre ou il y avait d’autres bijoux plus importants et une somme d’argent conséquente selon la même source.                    

Touffik
Mardi 19 Novembre 2013 - 17:29
Lu 356 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+