REFLEXION

AMENAGEMENT DU TERRITOIRE : Rapport accablant de l’APW d’Oran

La commission de l’Aménagement du territoire de l’APW d’Oran, vient d’établir un rapport accablant sur la mauvaise gestion des projets destinés au développement local, a-t-on appris de source autorisée.



Ce rapport a été établi sur la base de sorties sur le terrain des membres de la commission. Parmi les failles relevées par les membres de la commission, l'on notera l'absence inexpliquée de  plusieurs projets de développement local. «Des projets inscrits ont été carrément annulés pour les remplacer par d’autres qui n’ont pas été concrétisés », apprend-on auprès des sources proches de la commission. Celles-ci notent  que le constat est pour  plusieurs communes. «L’opacité continue à constituer la règle principale dans la gestion des projets publics, aucune explication ne peut tenir debout», a précisé notre source. Un cas-type a été relevé dans la commune d’Arzew. Il s’agit du projet de l’aménagement de la cité Hai Emir Abdelkader qui  n’a pas vu le jour alors qu’il a été inscrit depuis plusieurs années. Idem pour le quartier El Hamar dans la commune de Gdyel, un projet devant venir à bout de l’habitat précaire est à l’arrêt sans aucune explication. A Hai Bouamama, à l'est d’Oran, les  routes liant ce quartier à la RN 02 et le CW 44 sont impraticables alors que leurs réfections ont été bel et bien inscrites. Le même constat a été relevé dans la commune de Bir El Djir. Plusieurs lotissements sont restés sans routes bitumées. Plusieurs autres quartiers des localités  Benfreha,  Gdyel et Hassi Mefsoukh souffrent de l’absence de gaz de ville. La commission de l’aménagement territorial impute l’entière responsabilité de cette défaillance aux assemblées communales. En conclusion, les membres de la commission s’interrogent sur les retards accusés quant aux lancements des projets inscrits de développement communal  malgré l’élaboration par les communes des fiches techniques dans lesquelles elles ont soulevé les quartiers à prendre en charge. Dans son rapport, la commission souligne les cas de la cité de 167 logements à Hassi Mefsoukh, cité Houari Boumediene à Oued Tlélat, projet de l’embellissement de l’entrée principale de la commune de Boufatis, aménagement d’une cité à Bouyakour dans la commune de Boutlélis, cité Es Salem à Benfreha. L’argent ne manque pas, mais la consommation des crédits est au plus bas. Des sources très proches de l’APW d’Oran indiquent que «le taux de consommation des crédits ne dépasse pas 25%».

Medjadji. H
Dimanche 6 Juillet 2014 - 10:59
Lu 417 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+