REFLEXION

ALORS QUE LES SISMOLOGUES NE RELEVENT RIEN D’ANORMAL : La forte activité sismique menace-t-elle l'Algérie ?

L'activité sismique peut continuer à se produire en Algérie durant les saisons d'hiver et de printemps, avait indiqué, il y a quelques mois, Loth Bonatiro, chercheur en astronomie.



Selon M. Bonatiro, pour parer aux éventuels risques engendrés par les séismes, il est nécessaire de respecter les normes parasismiques dans les constructions avec une géométrie bien conçue pour qu'en cas de secousse, la bâtisse puisse résister. Il  a ajouté que l'Algérie était "bien placée" dans la gestion des séismes, à travers notamment l'élaboration d'une nouvelle loi sur la gestion des catastrophes naturelles et la révision du code parasismique. Il a rappelé également, dans ce sens, la dotation du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) d'un réseau sismique des "plus performants" au monde, en plus de la création d'une agence spatiale pour mettre sur orbite un satellite algérien destiné spécialement aux catastrophes naturelles. Plusieurs séismes d’intensités modérées ont été enregistrés depuis une semaine à travers plusieurs wilayas du pays. Ils ont semé la panique, notamment chez les habitants de l’Est. Selon M. Hamdache, chercheur au Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag), contacté par TSA, cette activité est tout à fait ordinaire. D’ailleurs, « Ce lundi 23 mars à 2h58 du matin, nous avons enregistré un tremblement de terre de 3.2 de magnitude sur l’échelle ouverte de Richter, localisé à Hammam Melouane », illustre M. Hamdache. Avant d’ajouter : « Nous ne cesserons jamais de dire que l’activité sismique en Algérie est une activité permanente et continue. Elle est due à la situation de notre pays à la bordure de la plaque africaine, qui est en compression avec la plaque euro-asiatique», argumente le chercheur du Craag. Certains habitants de l’Est du pays ont même quitté leurs demeures, redoutant un grand tremblement de terre. Une inquiétude qui n’a pas lieu d’être selon le chercheur qui explique que plusieurs citoyens ont contacté le Craag pour s’informer. « Certaines personnes font circuler des rumeurs », dit-il. « Beaucoup de gens ont essayé de faire un lien entre l’éclipse solaire, qui est un phénomène astronomique et l’activité sismique. Ils prédisent qu’il y aura une relance de l’activité sismique en Algérie », déclare le chercheur, en démentant toute relation entre les deux phénomènes. « L’éclipse n’a aucun rapport avec l’occurrence des séismes », souligne-t-il. Par ailleurs, M. Bonatiro avait déploré le fait que le CRAAG "n'ait pas réalisé les avancées escomptés, notamment en matière de localisation instantanée de l'épicentre et de la magnitude du séisme", précisant que cela était dû à un "problème humain et non matériel".

Ismain
Lundi 23 Mars 2015 - 17:03
Lu 710 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+